Salon avicole 2016: une filière à moderniser

Pendant trois jours, les professionnels du secteur réunis depuis hier à Yaoundé vont échanger sur les innovations à apporter à la filière.
   
Des produits anti-infectieux et des vitamines pour volaille. Des médicaments permettant aux sujets d’avoir de l’appétit et surtout, de mieux respirer. C’est ce qu’expose dans son stand le Dr Soufiene Chaari. Outre ces médicaments, le vétérinaire présent hier au deuxième Salon avicole 2016 (Savi), venu de Tunisie, dit promouvoir la santé animale en luttant contre les différentes maladies de la volaille. Sa firme fournit également des solutions adaptées pour un respect optimal de bonnes pratiques et normes d’élevage. Comme lui, Jules Oyono, représentant d’une marque étrangère, expose des aliments révolutionnaires en granulés pour volaille, une première au Cameroun selon lui. « Avec ces aliments, rien ne se perd. On est sûr que le sujet ingurgite toute la matière », soutient-il. Fanta Mohamadou, productrice venant de l’Extrême-Nord dans le Mayo-Kany parle d’importantes opportunités qui s’ouvrent à eux. Notamment des expériences et des contacts à obtenir au niveau du pays et à l’international.
Ils sont une centaine d’exposants locaux et internationaux, à avoir ainsi honoré le rendez-vous avicole hier à Yaoundé. Organisé par le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales en partenariat avec l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic). Ce second Salon dont le thème choisi est : « Enjeux et défis de l’aviculture camerounaise » est d’après le MINEPIA, Dr Taiga, représentant du Premier ministre, à l’ouverture du Salon,  une occasion unique pour exposer les dernières technologies, les innovations et le savoir-faire aux professionnels de la filière avicole. Un événement qui jouera « aujourd’hui et demain, un rôle important dans la modernisation des outils de production », selon le ministre. Pour ce qui est de la grippe aviaire, Dr Taiga précise que la situation vécue est un argument de plus pour la tenue dudit Salon. Tout en indiquant que de nombreux efforts ont été entrepris par les pouvoirs publics pour combattre et faire front face à cette maladie redoutée. Il est désormais question de permettre aux professionnels camerounais d’échanger et de partager les expériences des autres pays ayant été confrontés à cette épizootie. 
En termes de perspectives, ces échanges de trois jours porteront sur les mesures prises et les orientations adoptées pour gérer la crise. Notamment la sauvegarde des acquis, la relance de la production avicole en conformité avec les standards internationaux. Concernant les défis du secteur, on retient le concept de modernisation de la filière, le défi sanitaire, celui de la compétitivité, de la réglementation et surtout de la qualité.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie