Axe Yaoundé-Douala: la déviation se dessine

Le MINTP est retourné lundi sur le site de Manyaï afin de s’assurer que les travaux se poursuivent toujours aussi rapidement.

Ça y est, la situation est revenue à la normale sur la nationale N°3, entre Yaoundé et Douala. L’ouvrage provisoire, construit sur la rivière Manyaï dans le département du Nyong-et-Kellé a été élargie, ouvrant ainsi la circulation dans les deux sens. « Ce retour à la normale est effectif depuis dimanche à 21h 50. Car, sur instructions du ministre des Travaux publics (MINTP), les ingénieurs ne se sont pas arrêtés une seule seconde depuis l’incident de vendredi », soutient Désiré Tang Abogo, conseiller technique N°1 au MINTP. Il a accueilli son ministre sur le terrain lundi matin, revenu s’assurer que les travaux se poursuivent effectivement, avec la même promptitude. Emmanuel Nganou Djoumessi a donc constaté avec bonheur que la circulation sur le pont provisoire ne se fait plus de façon alternée, mais simultanément. Du coup, il a instruit la sécurisation de la zone et partant, celle des usagers. « Il faut rapidement construire des ralentisseurs, notamment des dos d’âne de part et d’autre de l’ouvrage afin d’imposer une certaine allure aux automobilistes », a instruit le MINTP aux ingénieurs du chantier. Lesquels s’activent à la déviation d’un ruisseau qui coule le long de l’axe.
En réalité, sur le site de Manyaï, des travaux de terrassement sont en cours, question de créer une déviation de l’axe principale et ériger un second ouvrage de franchissement. Car, « la circulation est rétablie certes, mais cette infrastructure reste provisoire. On va devoir le détruire pour reconstruire un pont définitif, en béton armé. Pendant que les travaux seront effectués sur ce chantier, la circulation sera déviée vers le second ouvrage qui sera prêt dans une dizaine de jours », explique le conseiller technique du MINTP. Le second ouvrage provisoire sera donc parallèle à l’autre, se situant juste à dix mètres. A côté des travaux de déviation en cours, assurés par Routd’Af, l’entreprise chinoise CFHEC, en charge de la construction de l’autoroute Yaoundé-Douala, est également en train de se déployer sur le terrain, question d’ouvrir une voie de contournement de la nationale N°3. Elle partira du carrefour Matomb vers la ville du même nom, pour ressortir sur l’axe principal au lieu-dit Ngoung, en passant par Matomb-village et Nkogbéa. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie