ELECAM: tous pour la sérénité

 Au cours d’une séance de travail hier à Yaoundé, le président du Conseil électoral, le directeur général des Elections et le personnel de la délégation régionale du Centre déterminés à relever les défis futurs.

Les personnels les attendaient sur le terrain. Surtout au lendemain de la nomination du nouveau DGE et de son adjoint par le chef de l’Etat, le 28 mai dernier. Hier à Yaoundé, le président du Conseil électoral (PCE) et le directeur général des Elections (DGE),  ont rencontré les chefs des 10 agences départementales et des 70 antennes communales de la région du Centre, en présence de Mme le délégué régional. Enow Abrams Egbe et Erik Essousse sont venus écouter et ont présenté des réponses concrètes, dans un langage de vérités. Un échange en toute sincérité

Une nouvelle ère à ELECAM 

L’alerte est venue du PCE : « Il n y’aura plus d’ELECAM à deux vitesses ! » Enow Abrams Egbe a clairement dit que le temps de monter les uns contre les autres pour bénéficier des avantages indus est révolu. « Ce n’est plus la peine de venir médire du DGE. Nous sommes en communion d’esprit. Nous travaillons en parfaite synergie. ELECAM est un et indivisible », a martelé le PCE. A la suite des nominations du DGE et de son adjoint, le Conseil électoral et la direction générale des Elections sont désormais engagés à relever les défis futurs, en remobilisant le personnel. Cette nouvelle ère qui s’inaugure, à en croire Erik Essousse, met un terme aux campagnes de haine, de mensonge et de délation. Désormais, c’est la famille ELECAM qui est mobilisée, dans la compréhension et la mutualisation des efforts. 

La remobilisation du personnel

Les différentes préoccupations du personnel ont trouvé un écho dans le mot de bienvenue de Mme Michèle Arlette Essi, délégué régional ELECAM-Centre. Entre autres, les avancements et reclassements qui tardent, les primes et gratifications absentes, la non-affiliation à la CNPS. Le DGE n’a pas fait dans la langue de bois. « J’ai déjà commencé à signer certains des documents liés aux avantages du personnel, avant cette descente sur le terrain. Vos avantages seront rétablis. Ce sont vos droits et nous y veilleront, en collaboration avec le Conseil électoral », a annoncé Erik Essousse. Pour ce qui est des cotisations CNPS, le DGE a confié que les arriérés qu’enregistre ELECAM sont de près de trois milliards de F. Mais des dispositions ont été prises, avec l’appui de l’Etat, pour le paiement d’au moins 10% dans les prochains jours, afin que le personnel puisse bénéficier de ces prestations. En clair, « vous devez être fiers en venant au travail. Le temps de la brimade est terminé. L’heure des memoranda est révolue. Le personnel est notre ressource principale. Nous devons travailler dans l’honneur, la dignité et en synergie », dixit Erik Essousse.

L’organisation des échéances électorales

Celle-ci, de l’avis du Conseil électoral et de la direction générale des Elections, devrait aussi passer par le renouvellement du matériel de travail, du parc automobile et des kits de vote. Car, tous ont reconnu que les véhicules et autres machines, dotation de 2012, sont vétustes. A ce titre, le DGE a annoncé que toutes les dispositions sont prises pour que le problème soit résorbé. Il a encouragé les personnels qui parviennent à se déployer dans ces conditions difficiles pour, par exemple, assurer la distribution des cartes d’électeurs dont le taux est de près de 95% dans le Centre. Pour ce qui est du matériel électoral, l’on apprendra qu’il existe 7 525 urnes transparentes encore en bon état et 1343 isoloirs en aluminium disponibles. Par ailleurs, le Centre compte au 14 juin dernier, 1 139 071 électeurs répartis dans 4 894 bureaux de vote.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie