Plan national d’investissement agricole: 58,5 milliards disponibles

L’accord de prêt a été signé vendredi dernier à Yaoundé, entre l’Etat du Cameroun et la Banque africaine de développement.

Le Projet de développement des chaines de valeurs agricoles (PD-CVA) a fait l’objet vendredi dernier d’un accord de financement partiel d’un montant de 58,571 milliards de F, entre l’Etat du Cameroun et la Banque africaine de développement (BAD). L’acte liant les deux parties a été signé à Yaoundé par le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Louis Paul Motaze et le représentant résident du Groupe de la BAD au Cameroun, Racine Kane. Cet accord consacre, selon Louis Paul Motaze, la volonté du Cameroun de renforcer la compétitivité de son agriculture. Plus précisément, il est question, de saisir les opportunités qu’offrent le marché régional et les places européennes, avec l’entrée en vigueur de l’Accord de partenariat économique. 
D’autre part, il s’agit pour la BAD de rester fidèle à son engagement : accompagner le Cameroun dans la mise en œuvre de son plan de développement. Pour le cas spécifique du PD-CVA, les objectifs visés sont : l’amélioration de la compétitivité des chaines de valeur du palmier à huile, de la banane plantain et de l’ananas – ces filières touchent environ 45% des producteurs agricoles du Cameroun –  la création d’emplois en particulier au profit des jeunes ; l’augmentation des revenus des acteurs des filières ciblées… Dans sa composante développement des infrastructures, par exemple, ces objectifs devront se concrétiser à travers la réhabilitation de 1000km de pistes rurales ; la construction d’infrastructures communautaires (30 magasins et entrepôts, 15 marchés ruraux, 30 systèmes d’AEP, l’extension du réseau électrique basse tension sur 30km ; la construction et l’équipement d’un laboratoire de contrôle de qualité, etc. 
Autant de préoccupations qui se situent au centre des questions de développement rural et agricole dans les 5 régions visées (Centre, Est, Littoral, Sud, Sud-Ouest). Pour tout autre chose, notamment le Projet d’études de mobilisation et de valorisation des eaux pluviales à travers les retenues collinaires dans la région du Nord-Cameroun, un protocole de don d’un montant de 850 millions de F a parallèlement été signé. Le projet d’une durée de 19 mois vise à contrer les effets de la baisse de la pluviométrie sur l’agriculture, l’élevage et l’environnement dans cette partie du Cameroun. Il s’agira notamment de stabiliser, ou au mieux, relever les revenus des agriculteurs et de veiller à la sécurité alimentaire dans cette région.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie