Développement du textile: un centre technique en gestation

Organisation et modernisation sont parmi les défis que va apporter l’accord-cadre de partenariat signé hier entre le ministère en charge de l’Industrie et une association locale.

Le Plan directeur d’industrialisation (PDI) ne cesse de franchir des pas importants concernant son opérationnalisation. Des conventions et autres accords-cadres sont régulièrement signés entre le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt) et les capitaines d’industries.


Read also : « C’est un combat de tous les instants »

« Tout ceci constitue une étape supplémentaire dans le cadre de la mise en route du PDI », a indiqué le ministre Ernest Gbwaboubou hier à Yaoundé.


Read also : Développement de la SOPECAM: le plan quinquennal au scanner

C’était lors d’un nouvel accord-cadre de partenariat signé entre la République du Cameroun, représentée par le Minmidt avec l’Association pour le développement et la sensibilisation du couloir textile (Adescot) représentée par son président Jean Claude Djimen.


Read also : Nécrologie: hommage au Pr. Joël Moulen

Il est question avec cet accord, de construction, d’organisation et de fonctionnement d’un Centre technique du textile et de l’habillement au Cameroun. Il faut dire que le PDI prévoit pour le pilier textile-confection-cuir, deux branches principales  à savoir la branche des industries du textile et de la confection et  la branche des industries du cuir et de la fabrication des chaussures.


Read also : Bravoure et professionnalisme: deux fonctionnaires de police à l’honneur

Le secteur du textile constitue donc un pilier industriel structurant, « un important enjeu pour l’économie nationale, sur le triple plan industriel, socioéconomique et de l’aménagement du territoire », a rappelé Ernest Gbwaboubou.


Read also : Transport de marchandises: moins de tracas pour les camionneurs

De son côté, le président de l’Adescot a parlé de la nécessité d’assainir, moderniser et développer la filière textile nationale, d’où l’importance de la signature de cet accord.


Read also : Usine d’Ebolowa: 996 tracteurs déjà assemblés

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category