Extrême-Nord: les Moundang célèbrent le « Yé Kani »

Plus de 800 jeunes garçons ont été accueillis le 25 août dernier par les populations de Kaélé dans le Mayo-Kani, après 45 jours d’initiation.

Le « Yé Kani », cérémonie d’initiation pour jeunes garçons chez les Moundang est un évènement particulier dans le Mayo-Kani. Non seulement il se déroule tous les sept ans, mais il recèle plusieurs secrets. Selon le patriarche Tikela Kemone, le « Payang », comprenez le gardien de la tradition en langue Moundang, « grâce à notre tradition, nous ne perdons pas nos repères.

Donc en tant que garant de cette tradition, je veille au respect scrupuleux de la pratique de cette activité au sein de mon peuple », explique-t-il. Cette année, plus de 800 garçons âgés entre 3 et 15 ans ont répondu présent à l’appel du « Yé Kani », après un séjour de 45 jours loin de la ville et surtout des femmes. Ils ont été accueillis par les populations à l’esplanade du lamida de Kaélé lors d’une cérémonie très courue le 25 août dernier.

Parmi les invités, le sous-préfet de l’arrondissement de Kaélé, Marcel Ngrem.  D’après les explications de sa majesté Amadou Douzoumbo, il est question d’aider l’initié à passer du statut de garçon à celui d’homme capable de s’assumer. « En tant que chef de famille, il doit être fort et à même de défendre sa famille.

C’est pourquoi en brousse, on lui apprend tout ce qui peut lui permettre d’affronter la vie en toute responsabilité », explique le lamido de Kaélé. En réalité, en plus du fait que le jeune garçon apprend des activités telles que la chasse, la cueillette, à entretenir un champ, à construire des maisons, bref à dompter la nature et son environnement, il y a d’autres choses qui ne peuvent être dévoilées et c’est là que réside tout le mystère de l’initiation chez les Moundang.

D’après Tikela Kemone, « si jamais l’initié s’amuse à raconter aux gens ce qu’il a vu et fait en brousse, surtout aux femmes, il est exposé à certains châtiments qui peuvent aller jusqu’à la mort, parce que ce dernier sera considéré comme un traitre », poursuit le patriarche. 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie