Forces de sécurité: l’Eiforces fait ses comptes

Le Mindef, Joseph Beti Assomo, a présidé hier à Yaoundé une session ordinaire du Conseil d’administration de l’Ecole internationale des forces de sécurité.

L’année 2017 aura été dense. En formation, en innovations et en partenariats. Pour la dernière session de cette année, les membres du Conseil d’administration de l’Ecole internationale des forces de sécurité (Eiforces) se sont réunis hier à Yaoundé.

Une session consacrée à l’examen du rapport de performance définitif, du compte administratif, du compte de gestion de l’exercice 2017 et du rapport de performance provisoire au 30 juin 2018.

La rencontre était présidée par Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), par ailleurs président du Conseil d’administration de l’Eiforces. D’entrée de jeu, le Mindef a salué le dynamisme de l’institution, malgré les divers changements survenus à sa tête.

En effet, l’Eiforces aura successivement connu trois ordonnateurs pour l’exercice 2017 : le commissaire de police Oyono Thom Cécile (assurant l’intérim), suivie du général de brigade Essoh Jules César, remplacé par le général de brigade Bitote André Patrice après sa nomination en février 2018.

Pour le bilan des activités, le Mindef relève la poursuite des travaux de mise en place du site d’Awae, la formation de la 7e promotion de diplôme d’état-major des forces de sécurité, la formation de la 4e promotion du Brevet d’études supérieures de sécurité et la construction de l’hôtel des stagiaires.

Sur le plan de la coopération internationale, l’Eiforces a finalisé un projet de convention avec l’Union européenne, et a reçu un appui financier venant de la Chine et destiné à l’acquisition de matériel informatique.

Autre activité, l’organisation du Conseil d’administration et de l’Assemblée générale de l’Apsta (African Peace Support Trainers Association) par l’Ecole les 04 et 05 octobre 2017 à Yaoundé.

De même, des missions à l’étranger et des partenariats ont été effectués pour soutenir le développement des formations diverses, qui ont accueilli 30 stagiaires en 2017.

Par ailleurs, l’institution a réalisé des stages de formation des formateurs et des séminaires de sensibilisation aux engins explosifs, sur la protection des civils dans les opérations de maintien de la paix des Nations unies et de l’Union africaine.

Créée en 2008, l’Eiforces est accompagnée sur le terrain par plusieurs partenaires dont la Chine, les Etats-Unis, la France et le Japon, et des organisations internationales comme les Nations unies, l’UE, l’UA, la Ceeac.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie