Lutte contre le sida: une autre page s’ouvre pour Chantal Biya

Au cours de son séjour à Pékin, la première dame s’est engagée à contribuer à l’émergence d’un avenir sans sida.

Qu’aurait été la lutte contre la pandémie du sida, sans l’implication du leadership constitué par les premières dames, tant sur le continent africain que dans le reste du monde ? Nul ne saurait le dire. Une constante demeure néanmoins : leur engagement sans faille depuis plus de dix ans a produit d’excellents résultats sur le terrain.

Par souci de consolider ces progrès et de trouver les moyens, sinon de réduire le fléau à sa plus simple expression, les épouses des chefs d’Etat et de gouvernement du continent se sont réunies le 4 septembre dernier à Pékin. C’était à l’initiative de leur homologue chinoise, Peng Liyuan, relativement à un sommet sur la prévention et le contrôle du Sida tenu en marge du Forum de coopération Chine – Afrique.

Sur invitation de Mme Peng Liyuan, l’épouse du président de la République, Mme Chantal Biya, a pris part à ces assises, auréolée des succès de son action dans ce domaine et les poches pleines de récompenses marquant la reconnaissance de la communauté internationale de ce fait. Humblement, la première dame camerounaise a pris part à cette grandmesse du donner et du recevoir. Objectif : partager son expérience et apprendre de celles des autres.

Dans un documentaire compilant les actions des différentes premières dames africaines dans la lutte contre le Sida, l’on a bien vu en bonne place différentes activités initiées par Mme Chantal Biya. Des campagnes de sensibilisation et de dépistage gratuit tenues chaque année par Synergies africaines dans le cadre de « Vacances sans sida », aux recherches menées au Circb, ainsi que les appuis aux personnes vivant avec le Vih/Sida, entre autres.

D’où les encouragements du directeur exécutif de l’Onusida notamment à l’endroit de Synergies africaines, association panafricaine regroupant les premières dames et créée par Mme Chantal Biya. L’heure étant à assurer au monde un avenir sans sida, les hautes personnalités ont décidé de se donner la main. Dans le cadre d’une initiative commune pour l’Afrique et la Chine. Les participantes ont bénéficié des judicieux conseils du directeur général l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus et du directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé. Quatre axes essentiels leur ont été recommandés pour plus d’impact.

Il s’agit de mettre l’accent sur la qualité des soins à accorder aux malades à travers des structures sanitaires performantes, la continuation de la sensibilisation pour le développement des bons comportements en ciblant particulièrement la jeunesse, des soins accessibles à toutes les couches de la population et surtout l’encouragement des plus défavorisées à les recevoir, la pression sur la lutte contre la transmission mère-enfant du Vih/Sida, condition sine qua non pour aboutir à un monde sans sida.

Mme Chantal Biya a pris soin de formaliser son engagement par la signature de la « Déclaration de Pékin » y relative. En dehors de cette rencontre spécifique, la première dame s’est, au demeurant, exclusivement consacrée à l’agenda de son illustre époux.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie