Trafic illicite des biens culturels: le Minac au front

Le ministère des Arts et de la Culture et l’Unesco forment les acteurs culturels pour une lutte efficace contre ce fléau qui spolie une bonne partie du patrimoine national.

« A problème global, réponse globale ». Véritables passoires d’objets d’art, les aéroports et les frontières sont confrontés en permanence au trafic illicite des biens culturels. Malheureusement, les acteurs de terrain n’ont pas toujours les clés pour arriver à bout de ce fléau. Fréquemment, des objets artisanaux sont saisis à la place des objets d’art.

Pour lever toute ambiguïté sur l’authenticité de ces objets et trouver des mesures efficaces afin de  protéger ces objets patrimoniaux, le ministère des Arts et de la Culture a décidé de prendre le taureau par les cornes. En étroite collaboration avec le Bureau régional multisectoriel de l’Unesco pour l’Afrique centrale, le Minac a organisé de lundi à mardi, au Musée national à Yaoundé, un atelier de trois jours sur le trafic illicite des biens culturels en Afrique centrale.

Ce d’autant plus que d’après Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Arts et de la Culture, des milliers d’objets d’art vendus illicitement sont stockés dans les réserves des musées occidentaux. 

Trois jours durant, les hommes de terrain seront outillés dans la distinction des objets authentiques et de ceux qui ne le sont pas pour différencier l’œuvre d’art d’un objet artisanal. Mais aussi, sur la connaissance des institutions chargées de protéger le patrimoine culturel en temps de paix et en temps de guerre.

Autre pan majeur de la formation, la connaissance des problèmes liés au trafic illicite du patrimoine culturel en Afrique centrale. Le tout en s’appuyant sur l’instrument normatif international qu’est la Convention de 1970 de l’Unesco, relative au trafic illicite des biens culturels.

Les acteurs publics et privés concernés par la préservation du patrimoine culturel et la lutte contre le trafic illicite des biens culturels dans les pays d’Afrique centrale, les organismes internationaux, les chefs traditionnels, les responsables de musées font partie des participants à cette formation d’envergure.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie