Mali: le nouveau gouvernement !

L’équipe nommée dimanche est chargée de sécuriser et de ramener le nord du pays actuellement contrôlé par des groupes armés à la mère patrie et d’organiser les futures élections législatives.

Le Mali a un nouveau gouvernement depuis dimanche soir. Forte de 32 membres, contrairement à la précédente qui comptait 36, la nouvelle équipe est marquée par la présence en son sein de neuf femmes. Soit quatre de moins que dans l’ancienne équipe.

La grande surprise de ce gouvernement conduit par Soumeylou Boubèye Maïga, reconduit le 4 août dernier au poste de Premier ministre, est la sortie de Tiéman Hubert Coulibaly ancien ministre des Affaires étrangères.

Proche et fidèle au président Ibrahim Boubacar Keïta, il a été remplacé par Kamissa Camara, 35 ans, qui exerçait depuis juillet dernier comme conseillère diplomatique du chef de l’Etat, après plusieurs faits d’armes au sein de la société civile.

Véritable visage du renouvellement générationnel promis par le chef de l’Etat lors de son investiture le 4 août dernier, elle a occupé par le passé le poste de directeur Afrique de l’ONG Partners Global. Parmi les nouveaux entrants, figurent Safia Boly qui hérite du nouveau ministère de la Réforme de l’administration et de la Transparence de la vie publique, et Lassine Bouaré, nommé au poste stratégique de ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale.

En dehors de Tiéman Hubert Coulibaly, plusieurs barons du régime restent en poste. Malgré la demande insistante de l’opposition qui réclamait sa tête en raison des accusations de fraudes lors de la dernière présidentielle, Mohamed Ag Erlaf a été reconduit au ministère de l’Administration territoriale.

Tout comme le général Salif Traoré au ministère de la Sécurité et Boubou Cissé au ministère de l’Économie et des Finances. Arouna Modibo Touré, ministre de l’Économie numérique et de la Communication et Amadou Koita, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi restent inamovibles. Par contre, deux autres grandes figures de l’ancienne équipe changent elles, de postes.

Il s’agit de l’ancien ministre des Mines, Tiémoko Sangaré, promu au ministère de la Défense, en lieu et place de Tiéna Coulibaly qui devient ministre de la Justice garde des sceaux. Pas d’état de grâce pour la nouvelle équipe qui devra organiser les élections législatives dont le premier tour se tiendra le 28 octobre et le second tour le 18 novembre prochains en vue du renouvellement du mandat des 147 membres qui composent l’Assemblée nationale.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie