La CEMAC et le « bon côté » de la crise

Alors que le mauvais vent continue de souffler dans la sous-région, les économies de la zone sont invitées à saisir cette opportunité pour poursuivre les réformes engagées. 

On s’achemine vers la fin de l’année 2016 et les prévisions de croissance pour les six pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) n’ont pas évolué. La courbe continue d’être descendante. « Nous avions envisagé au préalable un taux de croissance de 1,8%, mais je crains que ces prévisions soient revues à la baisse. Pour l’heure, nous restons autour de 1,7% », confiait Lucas Abaga Nchama à la presse réunie mercredi dernier à Yaoundé, à l’occasion de la troisième réunion ordinaire du Comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). 
La baisse des prix des matières premières sur le marché international, notamment le pétrole, continue de tirer vers le bas les performances économiques de la zone où cinq pays sur six exportent l’or noir. En décidant de maintenir inchangé son taux directeur (à 2,45%, Ndlr), la Banque centrale de la CEMAC dit s’aligner sur la tendance actuelle des autres banques centrales, notamment la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dont le taux directeur se situe à 1,50%. « Nous pensons que les Etats doivent faire des efforts d’ajustement. Nous maintenons inchangé le taux directeur parce qu’il y a encore une baisse d’activités, mais avec une maîtrise de l’inflation (autour de 3%, Ndlr)», explique le gouverneur.
Mais, comme l’a souligné le gouverneur de la BEAC, la CEMAC n’est pas seule à payer les frais de cette crise internationale. Si elle affecte différemment les Etats de la sous-région, selon que l’économie est diversifiée ou non, il n’y a pas que l’ajustement pour se redresser. « La crise n’est pas une fatalité. C’est peut-être l’occasion pour les pays d’engager ou de poursuivre des réformes, de diversifier l’activité économique, de renforcer l’intégration, d’améliorer le climat des affaires », déclare Lucas Abaga Nchama. 
Pour conduire à terme les chantiers d’infrastructures lancés dans la majorité des Etats de la CEMAC, une amélioration de la qualité de la dépense s’impose. Face à la diminution des recettes provenant des produits d’exportation dont les prix ont baissé, il est préconisé de définir les priorités. De même, l’élargissement de l’assiette fiscale reste d’actualité.   
Cette réunion du Comité de politique monétaire de la BEAC se tenait au lendemain de la présentation par le Fonds monétaire international (FMI) de son rapport sur les perspectives économiques régionales en Afrique subsaharienne. La rencontre avec le secteur privé camerounais à Douala a permis de mettre en lumière d’autres voies pour la relance de l’activité économique.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie