Aire protégée: le Minfof au Bois des singes

Jules Doret Ndongo, sur le site vendredi, a expliqué aux populations qu’elles n’ont pas le droit d’y résider.

Des domiciles, des écoles, des centres de santé, des lieux de culte, de commerce et autres. Ainsi que des plans d’eau. C’est un quartier peuplé et animé que le ministre des Forêts et de la Faune (Minfof), Jules Doret Ndongo, a visité ce vendredi 14 septembre.

Un quartier construit à même la mangrove, dans un secteur que les habitants de Douala connaissent sous le nom de « Bois des singes », site voisin de l’aéroport international de Douala – arrondissement de Douala 2e.

Problème, c’est une aire protégée – entendez, un espace réservé pour la gestion durable des espèces animales et/ou végétales, selon qu’il s’agisse d’une réserve faunique ou forestière.

L’Homme ne devrait donc pas y pénétrer et encore moins y conduire des activités, au risque d’endommager un écosystème par définition déjà fragile. « Vous savez que vous êtes ici sur dans aire protégée, et que vous ne devriez pas vous y trouver », a déclaré le Minfof aux populations, massées autour d’un comité d’accueil, peu après son arrivée sur le site.

Une inspection du quartier lui a permis de voir que de nombreuses familles, en violation des dispositions légales, y sont pourtant bel et bien installées. « C’est une zone interdite. C’est une réserve forestière, créée en 1947. Les gens n’ont donc pas le droit de s’y introduire et y construire des routes ou des habitations », a rappelé le ministre Ndongo, s’adressant à la presse au terme de son inspection.

Il soulignera aussi que le Cameroun est signataire de nombreuses conventions internationales visant la protection de la biodiversité. Une solution s’impose donc, quant à cette occupation illégale du site par des populations.

CT apprendra à l’occasion de cette descente du ministre des Forêts et de la Faune que l’administration s’est saisie du problème. Ainsi, le sous-préfet de Douala 2e a mis en place une commission d’enquête, au sein de laquelle sont représentées les différentes administrations concernées par cette situation.

« Nous allons attendre les résultats des investigations de cette commission d’enquête, et dès que nous les aurons, une décision sera prise », a ajouté Jules Doret Ndongo.

Il faut préciser qu’en plus d’abriter des habitations et autres marques de présence humaine, le site du Bois des singes sert de lieu de déversement aux camions de vidange des fosses septiques…

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie