Production et distribution de l’eau: du tout en un désormais

Avec la fin du contrat d’affermage, intervenue dans la première moitié de cette année 2018, une seule entreprise gère désormais tous les volets de l’accès à l’eau potable.

Depuis le 20 février 2018, le paysage du secteur de l’eau potable au Cameroun a pris un nouveau visage. C’était à la faveur d’un décret présidentiel portant organisation et fonctionnement de la Cameroon Water utilities Corporation (Camwater), le contrat d’affermage avec la Camerounaise des Eaux (CDE) pour la distribution de l’eau potable n’ayant pas été reconduit.

Ainsi donc, Camwater, société de patrimoine chargée depuis sa création du développement des infrastructures de production d’eau potable, est désormais chargée de la distribution également. Ceci a pris effet sur le terrain le 1er mai 2018, la CDE ayant officiellement cessé ses activités le 30 avril.

Et avec la fin de l’affermage, Camwater a un véritable challenge à relever. Un des aspects du challenge étant de fournir un service de meilleure qualité aux populations, qui n’apprécient que modérément les coupures intempestives et la qualité parfois douteuse de l’eau qui coule des robinets, par exemple.

Une note d’information de la Camwater parle ainsi de « redonner confiance » aux consommateurs. Mais ce n’est pas tout. « La Camwater peut désormais créer des filiales à qui elle confie des missions, en lien avec son objet social. L’article 6 du décret présidentiel le dispose », expliquait un responsable de l’entreprise basée à Douala, au lendemain du décret du chef de l’Etat.

La mise sur pied de filiales, à elle seule, ouvre d’importantes perspectives : « Cela peut signifier la création d’usines de production ou de fabrication des conduites de transport d’eau, par exemple », relève notre source, rappelant qu’à ce jour, dans l’accomplissement de ses missions, la Camwater « passe plutôt des marchés pour obtenir des tuyaux, ce qui coûte extrê...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category