Eau potable: Yato, du concret

Lancé en 2010, cet ambitieux projet, bouclé en 2014, a permis d’accroître de 150 000 mètres cubes/jour l’offre en eau potable à Douala.

Yato, c’est l’histoire d’un projet qui est arrivé à maturation, puis à la phase de réalisation effective. Cette usine de traitement d’eau potable installée à un jet de pierre de Douala, sur la route menant à Tiko, est un fruit de la coopération chinoise qui a tenu la promesse des fleurs.

De fait, Yato n’est plus au stade de projet, vu que depuis quatre ans déjà, l’infrastructure, qui capte l’eau du fleuve Moungo, a atteint sa vitesse de croisière en matière de production d’eau potable.

Il faut signaler que l’initiative est prise au profit d’une ville de Douala en constante extension, une capitale économique qui abrite les sièges de plusieurs entreprises industrielles, et dont la population croît d’environ dix mille personnes par an, selon des données de la Communauté urbaine de Douala. La denrée « eau » y est donc de la plus haute valeur.

Ainsi, c’est donc avec un soulagement certain que les habitants de la métropole économique, dans leur large majorité, avaient accueilli en son temps l’avènement de la station de Yato.

Une station construite en deux phases : la première en 2010, au terme de laquelle l’usine produisait 50 000 mètres cubes d’eau/jour, et la seconde en 2014, pour un débit de 100 000 mètres cubes supplémentaires. Au final donc, 150 000 mètres cubes d’eau sortent au quotidien de ce qui est à ce jour la plus grande unité de production d&rsquo...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category