Réhabilitation de la station d’Akomnyada: du renfort pour Yaoundé

Tel est l’objectif des travaux de réhabilitation de cette station qui fournit jusqu’ici 135 000 m3/jour sur une capacité totale attendue de 180 000 m3/jour

L’assainissement est un élément « essentiel pour la santé et la salubrité de l’environnement » mais aussi, pour chaque être humain, « un facteur de développement et de dignité », affirmait l’ancien Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon, dans une déclaration à l’occasion de la Journée mondiale des toilettes en 2015.

Bien plus, avoir l’eau en quantité suffisante ou en abondance est aussi un facteur de développement comme l’électricité accessible et moins chère.

Paul Biya et son gouvernement ont mis donc un accent particulier à réduire le déficit en eau potable dans certaines métropoles du fait de leur expansion et du boom démographique.

Pour Yaoundé par exemple, la capacité de production de la station d’Akomnyada, située à 37 km de la capitale, s’avère de moins en moins suffisante, du fait de la forte demande (le besoin en eau s’élevant à près de 300 000 m3 par jour contre 185 000 m3 produits par les stations d’Akomnyada et de la Mefou).

Les robinets de la ville de Yaoundé doivent ainsi à 75% leur approvisionnement en eau potable à la station de captage et de traitement d’eau d’Akomnyada. Adossée sur le fleuve Nyong, elle dessert également la ville de Mbalmayo, dans le département du Nyong-et-So’o, ré-

gion du Centre. L’usine a été construite en 1985 par l’entreprise Geofor. Le gouvernement a alors initié l’extension de cette station de 55 000 m3 par jour. Le projet a pris corps durant ce septennat (en 2017 précisément) avec l’appui d’Exim Bank des Etats-Unis. En 2018, elle fournit 135 000 m3 par jour. Un volume en deçà de sa capacité de production.

Des travaux de réhabilitation ont été entamés pour qu’elle puisse combler ce gap. Les équipements prévus sont tous à ce jour installés et en cours d’essais et de mise en service industrielle. La réception provisoire est prévue courant septembre, selon les précisions du ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba.

Les cinq nouvelles pompes de refoulement vers Yaoundé, d’une capacité totale de 180 000 m3/jour sont opérationnelles depuis juin 2017. Mais cette demande est limitée par la capacité de pompage de la station de Nkoayos qui ne peut transférer pour le moment que 135 000 m3/jour au maximum, et dont les travaux de renforcement sont en cours et seront achevés le mois prochain.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category