Catastrophe ferroviaire d’Eseka: la stèle du souvenir prend corps

La pose de la première pierre de ce monument par le ministre des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi a eu lieu hier dans le département du Nyong-et- Kelle.

Un geste symbolique qui a connu la présence hier d’une foule immense constituée essentiellement d’autorités administratives, religieuses et traditionnelles d’Eséka, département du Nyong-et-Kelle dans le Centre.

Toutes, dans une communion de coeur et les regards tournés vers le ciel, ont tenu à manifester leur soutien au ministre des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi qu’accompagnait son homologue des Affaires sociales, Pauline Irène Nguene.

C’était à l’occasion de la pose de la première pierre de la stèle du souvenir qui sera érigée en mémoire des victimes de l’accident ferroviaire d’Eséka survenu le 21 octobre 2016. Et ce, conformément aux très hautes instructions du chef de l’Etat, Paul Biya, qui, dans un élan d’humanisme et de justice sociale, a voulu que cette sordide tragédie ferroviaire ne disparaisse à jamais dans les tiroirs de l’oubli.

Mais surtout que ce monument funéraire soit un lieu de communion de tout le peuple camerounais et rentre dans le patrimoine commun et la mémoire collective nationale. Ce moment fort en émotion marque le début de la matérialisation de cet important ouvrage dont les fruits seront perceptibles dans six mois selon le maître d’ouvrage, la société Sikabat.

Bien avant, sur le site à proximité de la gare d’Eséka et qui donnera naissance à ce nouveau lieu de mémoire et de recueil, les chefs traditionnels de ce département ont marqué leur approbation en procédant comme un seul homme à un rite traditionnel comme pour clamer à la face du monde : « Plus jamais ça ! ». Dans les détails, la maquette définitive, oeuvre du jeune infographe Fridolin Zinga Nga, sera un complexe architectural.

On retient que l’ouvrage constituée de cinq principaux ouvrages sera bâtie sur environ 3 000 mètres carrés. Le monument est constitué de la stèle proprement dite, d’un box administratif, d’un forage, de panneaux solaires et d’aménagements autour du site entre autres. Comme l’a fait savoir Narcisse Mouelle Kombi, tout est fin prêt pour que cette stèle commémorative soit érigée afin que la mémoire des disparus soit célébrée.

Particulièrement, « ce monument contribuera à coup sûr à l’embellissement et à l’attractivité touristique de la ville d’Eséka, a souligné le Minac. Pour Pauline Irène Nguene, fille de ce département, passé le temps de la stupéfaction, des larmes difficiles à contenir, du deuil et de l’introspection nationale, s’ouvre le temps du souvenir, du recueillement et du mémorial.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category