Accès: Douala mieux ouverte d’est en ouest

Les deux voies les plus usitées pour arriver ou quitter la capitale économique ont été élargies et modernisées.

La courbe-embouteillage a bel et bien entamé la phase inverse, celle de la décroissance ! Bien que les témoignages de bouchons monstrueux aux deux entrées et sorties principales de la ville de Douala n’ont certes pas totalement disparu. Notamment à l’ouest, entre Bonaberi et Ndobo, du fait des travaux complémentaires en voie d’achèvement au rondpoint de Deido.

Parfois aussi, dans la partie orientale de la ville, en raison d’incidents conjoncturels. Mais il s’éloigne inexorablement, le temps où le commun des habitants ou visiteurs réguliers de Douala avait une anecdote à raconter sur ce qui était un cauchemar : entrer ou sortir de la principale place des affaires du Cameroun.

Les deux boulevards d’accès à Douala sont en fait l’une des marques les plus visibles des grandes réalisations des sept dernières années dans la capitale du Littoral.

Dans chacune des quatre sections prévues le long des 19,2 kilomètres de la « pénétrante Est » comme le nomme le jargon du petit monde qui gravite autour du chantier, l’ouvrage a démultiplié la capacité de Douala à fluidifier les échanges via la route sur cet axe.

Le nombre estimé d’usagers quotidiens (allant ou venant uniquement de Yaoundé) étant de 15 000. A l’est, en plus de la connexion avec la zone industrielle de Bassa, à partir de l’échangeur du carrefour Nelson Mandela, la route construite entre 2013 et 2017 a facilité le déplacement des quartiers réservoirs de main d’oeuvre et très populaires comme Village, Boko, Ndogpassi, Non-Glacé…

Il a aussi offert de connecter plus aisément les deuxième et cinquième arrondissements voisins à Douala III qui accueille l’essentiel de son linéaire. C’est aussi le cas de la pénétrante occidentale, qui jouxte l’autre zone industrielle, celle de Bonaberi et presque autant de zones d’habitation.

Moins longue, avec ses 13 km, ses une, deux ou trois voies selon les segments, cette entrée-sortie réaménagée comporte plusieurs giratoires dont un passage élevé qu’il reste à ouvrir à la circulation. Il s’agit d’un pont de 91 mètres qui servira à éviter les conflits de la circulation entre les voyageurs qui quittent la région et les citadins dans leurs déplacements ordinaires.

Le boulevard qui relie Douala aux routes qui mènent dans le Moungo et le Fako voisins ne touche cependant pas l’ancienne route de Bonaberi. Il s’est bâti à la gauche de la sortie du pont, entre Bonassama et Bekoko.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie