Transport de marchandises: moins de tracas pour les camionneurs

Objectif d’une formation organisée ce 17 septembre par le Conseil national des Chargeurs du Cameroun.

Faciliter le contrôle de la livraison des marchandises par camion au port de Douala. Voilà la préoccupation qui sous-tend le séminaire de sensibilisation organisé lundi, 17 septembre, à l’hôtel Sawa, par le Conseil national des Chargeurs du Cameroun (Cncc). Cette formation a été décidée après que de multiples plaintes ont été enregistrées dans la capitale économique.


Read also : « C’est un combat de tous les instants »

De fait, l’Observatoire des transports, instrument de veille mis sur pied en février 2016 par le Cncc, a été saisi à plusieurs reprises par des camionneurs. Et décidé par la suite de conduire une étude, en novembre 2017, sur les tracasseries vécues par les camionneurs lors de leur passage au port de Douala.


Read also : Développement de la SOPECAM: le plan quinquennal au scanner

Selon le directeur général du Cncc, Auguste Mbappé Penda, cette étude a abouti à la nécessité de sensibiliser les transporteurs et autres parties prenantes du circuit d’enlèvement des marchandises.


Read also : Nécrologie: hommage au Pr. Joël Moulen

Face à une assistance qui comprenait notamment les directeurs généraux des Conseils des chargeurs du Tchad et de Guinée Conakry, le Dg du Cncc a pointé du doigt « des tracasseries qui affectent considérablement la marchandise en termes de rallongement du délai de passage et de renchérissement des coûts de revient de ladite marchandise ».


Read also : Bravoure et professionnalisme: deux fonctionnaires de police à l’honneur

Des répercussions qui ne sauraient être tolérées dans un environnement où le maître-mot est la compétitivité, a-t-il ajouté. Pour que les camionneurs dont le coeur de l’activité bat à Douala soient moins tracassés, il importe donc de les former, de les informer. Afin qu’ils soient au fait de la spécificité des procédures portuaires et des impératifs d’un bon état technique et physique du véhicule.


Read also : Usine d’Ebolowa: 996 tracteurs déjà assemblés

Il est également question de les aider à connaître et comprendre la consistance de la liasse documentaire lors des contrôles au port ; les infractions auxquelles ils s’exposent en cas de non-conformité à la procédure en vigueur et les sanctions y relatives…


Read also : « Tout le monde peut avoir accès à ces équipements »

Entre autres administrations impliquées dans les travaux d’hier, on a eu le ministère des Forêts et de la Faune, la délégation générale à la Sûreté nationale, le secrétariat d’Etat à la Défense, la direction générale des Douanes, le Port autonome de Douala, etc.


Read also : Eau potable: production renforcée à l’Ouest

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category