Transformation du cacao: une usine de 7,2 milliards de F sera construite à Kribi

Soutenu par la Bdeac, le projet vise à écouler sur le marché international 37.000 tonnes/an de produits semi-finis

Un contrat de financement complémentaire entre la Banque de développement de l’Afrique centrale (Bdeac), Bgfi Bank et l’entreprise Atlantic Cocoa, société ivoirienne, a été signé ce lundi 17 septembre à Douala.

D’un montant de sept milliards deux cent quarante millions (7,24 milliards) de francs, ledit contrat est relatif à la construction et à la mise en exploitation d’une usine de transformation de fèves de cacao à Kribi.

« C’est un projet important pour le Cameroun, pour la sous-région Cemac et pour la Bdeac », a déclaré Fortunato-Ofa Mbo Nchama, président de cette banque, à l’issue de la signature du contrat.

Selon des informations recueillies lors de la cérémonie, le projet vise à écouler annuellement 37.000 tonnes de produits semi-finis de cacao (masse, beurre et tourteaux) certifiés conformes aux normes internationales.

« Transformer nos matières premières au lieu de les exporter telles quelles nous assure un gain. Cela va en droite ligne de la diversification souhaitée de nos économies », a relevé le président de la Bdeac, avant d’ajouter que les interventions de l’institution au niveau du Cameroun « sont en train de s’accroître considérablement ».

« Le promoteur a commencé ce projet avec l’appui de la Bgfi Bank, mais nécessitait un financement complémentaire pour pouvoir le finaliser […] Nous voulons que les produits sortis de cette usine se vendent facilement au niveau international », a pour sa part indiqué Anatole Georges Wilson, directeur général de l’entreprise.

Bon à savoir, en fin janvier dernier, cette entreprise a paraphé un contrat avec le Port autonome de Kribi (Pak) en vue de la construction, dans la zone industrielle de ce port en eau profonde, d’une unité de transformation de fèves de cacao d’une capacité de 48.000 tonnes/an, extensible à 64.000 tonnes/an.

En tout, l’investissement se chiffre à quelque 30 milliards de francs et constitue une des composantes majeures du programme d’investissement du groupe ivoirien au Cameroun. En effet, ledit programme intègre également le développement de plantations agricoles industrielles, incluant des centres d’excellence agricole dans les différents bassins de production cacaoyère du Cameroun, sur une superficie de 25.000 hectares.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie