Produits agricoles: la nutrition mise en avant

A l’occasion d’une exposition-vente de produits, organisée par le Pidma ce 20 septembre à Douala.

Des légumes séchés et des fruits venus de Kumba, du riz de Tonga, de l’huile de palme, du manioc, des épices, venus de Dizanguè, Edéa, Nkongsamba ou Idenau…

De nombreux produits agricoles du Cameroun étaient visibles – et pour certains consommables – ce jeudi 20 septembre 2018 à la délégation régionale du Minader à Bonanjo- Douala, dans le cadre d’une activité du Projet d’Investissement et de Développement des Marchés agricoles (Pidma). Plus précisément, une expositionvente de produits de la terre, organisée sous le thème : « L’agriculture sensible à la nutrition ».

Exposition ayant pour but de présenter l’expérience de promoteurs agricoles ayant bénéficié de sous-projets dits « Nutrition », financés par le Pidma dans les régions du Littoral, du Centre, du Sud-Ouest, de l’Ouest et du Nord- Ouest.

« Le Pidma a mis en lien les coopératives et les agro-business, pour que les productrices aient des revenus. Mais si ces productrices n’ont pas une alimentation saine, elles ne peuvent pas faire du bon travail », a expliqué Thomas Ngue Bissa, coordonnateur national du Pidma, au terme de sa visite des stands. Dans cette perspective, le gouvernement japonais a octroyé un appui de 2,7 millions de dollars US, soit environ 1,3 milliard de francs, pour accompagner les activités liées à la nutrition que mène le Pidma.

Lesquelles comprennent notamment une éducation à la nutrition. « Nous mettons également à la disposition des communautés de l’eau de bonne qualité », a précisé M. Ngue Bissa. A ce jour, le taux d’engagement, sur le don japonais, est de 98,5%, « à neuf mois de l’échéance de clôture du don », ajoutera-t-il.

La foire organisée jeudi à Douala était aussi l’occasion, pour des partenaires au développement mais aussi pour le gouvernement, d’évaluer le chemin parcouru dans le cadre de ces sous-projets « Nutrition ».

Le Pidma compte apprêter, pour octobre prochain, une requête « pouvant permettre d’obtenir un fonds supplémentaire pour continuer, parce que les demandes sont assez importantes », a conclu le coordonnateur national du Pidma.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category