Affiches et banderoles de campagne: la bataille du positionnement

Depuis le 22 septembre, les neuf candidats à la présidentielle sont officiellement entrés en concurrence pour marquer l’esprit des électeurs. Un enjeu de présence tous azimuts.

Impossible de les avoir loupées samedi matin. Si vous étiez en route pour le footing ou pour la campagne, vous ne les avez pas ratées. Les affiches du candidat Paul Biya ont occupé l’espace. A grand renfort de panneaux et autres espaces d’affichage. La course au fauteuil présidentiel est donc officiellement lancée. Et depuis lors, ça n’arrête pas.

Dans les carrefours, au coin de rue, à l’arrêt bus, ça crève les yeux. Les affiches des candidats à l’élection présidentielle constituent des outils privilégiés pour faire passer le message.

Tous n’ont pas adopté cette approche de la même manière, au même degré ou encore à la même taille. Mais tous essaient de ne pas rester en marge. A Yaoundé comme à Douala, une affiche du candidat Paul Biya du RDPC est au moins visible tous les 200 m. Les autres candidats ne sont pas pour autant absents.

Adamou Ndam Njoya de l’Union démocratique du Cameroun (UDC) a choisi d’apparaître par les banderoles. Dans la ville de Yaoundé, il en a déployées à des carrefours et sur des axes souvent denses en circulation. Pour sa part, Akere Muna a d’abord installé ses affiches au siège de son quartier général à Yaoundé.

Là, des affiches au format A4 du candidat du Front populaire pour le Développement (FPD) ont été apposées aux alentours du siège, autant que celles des différents soutiens du candidat. Garga Haman Adji n’est pas en reste. Le candidat de l’Alliance démocratique pour le développement (ADD) s’est rendu visible par le biais d’affiches au format A3. Au quartier Essos à Yaoundé, il avait déjà ses affiches le long de mur de certains bâtiments samedi matin aux aurores.

Il a élargi son spectre en allant jusqu’au quartier Mballa II et dans d’autres quartiers. Joshua Osih du Social Democratic Front (SDF) et Frankline Ndifor Afanwi du Mouvement citoyen national camerounais (MCNC) ont investi Douala de cette manière. Des affiches collées sur des panneaux publicitaires et sur les murs des lieux publics souvent fréquentées. Pour ce scrutin, les supports d’apparition des candidats sont également variés.

Ainsi, certains ont choisi de brander entièrement des véhicules de transport à leur image. C’est l’option de Serge Espoir Matomba du Peuple uni pour la Rénovation sociale (PURS) qui effectue sa caravane à travers le pays à bord de son bus. Akere Muna a également peint un bus aux couleurs de son parti, de son slogan et de sa photo.

Maurice Kamto du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) quant à lui appose des autocollants à son image sur ses moyens de transport. Imposer sa présence dans l’esprit des électeurs par des éléments visuels demeure visiblement un enjeu important pour les candidats à la présidentielle du 07 octobre.

Bien que l’occupation de l’espace soit disproportionnée et les calibres souvent utilisés, variés, ils ont tout de même le mérite de laisser une trace de leur vision du Cameroun par les messages inscrits sur ces affiches.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category