Bafoussam: les vertus du dialogue social prônées

Le ministre du Travail Grégoire Owona a échangé vendredi dernier avec les délégués du personnel récemment élus.

« Je voudrais que le monde du travail de l’Ouest garde la sérénité et que le dialogue social soit au centre des préoccupations parce qu’on peut tout obtenir dans le dialogue. Toutes les augmentations de salaire qu’on a obtenues depuis cinq ans à travers les conventions collectives ont été obtenues sur la base des négociations, du dialogue social. Les gens n’ont pas eu besoin de courir, marcher, casser, brûler, mais ils se sont assis, ils ont discuté, et ils ont eu des augmentations de salaire. Certaines de ces augmentations qui ont eu lieu avec les boulangers il y a deux semaines vont jusqu’à 15%. » C’est par ces mots d’encouragement que le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona a clos vendredi dernier, dans la salle des conférences des services du gouverneur, sa rencontre avec les délégués du personnel élus en mars dernier dans la région de l’Ouest.

Durant deux heures, il a été question pour le Mintss d’expliquer à ces délégués du personnel leur véritable mission au sein de l’entreprise afin que celle-ci, au lieu de péricliter, continue plutôt de croître et d’assurer de meilleures conditions salariales et de vie à son personnel. L’échange s’est aussi voulu inter actif. Les délégués du personnel ont exprimé leurs doléances sur papier et le ministre a essayé d’y apporter des réponses convaincantes. Ainsi, en attendant la promulgation du statut du personnel, certains délégués posent la question de la disparité des salaires dans les communes. Grégoire Owona répond que le véritable problème ici réside dans la soutenabilité des salaires. Il explique qu’une commune comme Douala III à Douala a plus de richesses que des communes comme Mbanga, Mbouda ou la petite commune de Bikok. Aussi, il est difficile de penser que les salaires peuvent être harmonisés.

Alpha Josué Josué, délégué du personnel a Razel Cameroun plaide pour que le ministère du Travail œuvre pour la couverture sanitaire (80% au moins) du personnel qui se retrouve en contrat à durée déterminée. Néanmoins, il se sent mieux outillé à l’issue de la réunion pour mener à bien sa mission en tant que chaîne entre l’employeur et l’employé. Grégoire Owona a rappelé qu’un bon délégué du personnel est discipliné, à la recherche permanente de la sérénité au sein de l’entreprise.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category