Chracerh: encore des heureux événements

Des mères âgées respectivement de 36 et 46 ans ont donné naissance à leurs toutpremiers enfants hier.

Les temps et les saisons se suivent au Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh), mais ne se ressemblent pas. Il en va de même pour les histoires. Celles des deux bambins venus au monde hier sont bien particulières. La postérité retiendra, en effet, qu’ils ont vu le jour dans un contexte spécial. Celui de la campagne électorale pour la présidentielle 2018.

Un bienheureux hasard pour leurs parents respectifs et le corps médical du Chracerh. Pour dame Aline K., 36 ans, et son époux, l’attente a été longue de 16 ans. « Après avoir parcouru plusieurs hôpitaux et subi différents traitements dont des chirurgies et l’hydrotubation, - qui du reste n’est plus considérée aujourd’hui comme moyen efficace de lutte contre la stérilité tubaire-, le couple est venu nous voir. Après les soins appropriés, nous avons procédé par stimulation et obtenu cinq ovocytes qui ont été fécondés par Icsi (fécondation in vitro avec microinjection).

Il en a résulté deux oeufs que nous avons implantés. D’où la grossesse », explique Dr Etienne Belinga. Les vagissements du nouveau-né, environ 20 minutes après l’incision du ventre, témoignent de sa vitalité. De quoi réjouir le coeur de sa mère qui remercie le couple présidentiel pour la mise en place du Chracerh. Le mignon bébé pèse 2Kg900. A 9h30, c’est le tour de dame Marthe A., 46 ans, primipare elle aussi.

La césarienne met un peu plus de temps que d’ordinaire. Les médecins qui attendaient un bébé fille extraient un garçon des entrailles de la mère à 9h55. « Le bébé se porte bien. Il répond positivement à tous les tests. Nous allons le garder en observation quelques heures comme c’est la pratique ici », explique le pédiatre, Dr Eugène Eloundou.

En ce jour, le Pr Jean Marie Kasia administrateur directeur général est particulièrement fier de l’équipe de jeunes médecins qui l’accompagne dans le projet Chracerh. « Nous prenons de l’âge. Aussi est-il important que nous veillions à assurer la relève pendant qu’il est encore temps. Ces jeunes gens sont passionnés par ce qu’ils font. Chaque jour qui passe, ils acquièrent des connaissances, des techniques, de la dextérité. Vous avez vu que cela a été très rapide aujourd’hui : c’est la preuve qu’ils grandissent. Leur formation est une nécessité », soutient l’administrateur directeur général.

Et de s’étendre sur sa vision du futur de l’institution. « Ce travail a commencé depuis des années. Il est question aujourd’hui de le parfaire. Nous sommes tellement sollicités que les capacités de cet hôpital doivent être augmentées. En dehors de la Fiv, nous avons d’autres chantiers comme l’enseignement, la cancérologie… Toute cette structure doit être repensée dans cette mouvance », a-t-il assuré.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category