Round up: mobilisation pour le retrait des cartes

Autant ils vendent à l’occasion leurs projets de société, les candidats à la présidentielle se sont mués en agents de mobilisation. Nouvel enjeu, faire retirer les cartes électorales.

«Avec moi, vous faites le bon choix. Mais n’oubliez surtout pas de retirer vos cartes d’électeur » ! Cette consigne sonne désormais comme un refrain dans les différents meetings des aspirants au fauteuil présidentiel.

A deux jours de la fin de la campagne officielle et à trois jours du jour fatidique, le 07 octobre, les candidats ou leurs représentants mettent leur dernière énergie pour convaincre.

L’usage de superlatifs pour des projets visant un changement à la vitesse V se multiplient. Les discours sont centrés sur les projets que propose chacun des neuf candidats. Mais pas seulement. Désormais, un nouveau message est greffé à cette campagne : le retrait des cartes par les électeurs.

En effet, le résultat sera atteint si l’électeur se déplace dimanche prochain pour effectuer son choix. Qu’il s’agisse de porter ses suffrages pour l’un ou l’autre candidat, l’enjeu est d’abord de disposer de sa carte d’électeur.

Dans leur campagne de proximité ou grand public, les neuf candidats l’ont compris. Ils intensifient désormais la mobilisation pour susciter le mouvement vers des antennes d’Elections Cameroon. Au-delà du retrait des cartes, il s’agit aussi d’un appel à l’action : aller aux urnes dimanche. La mobilisation se déporte également dans le virtuel. Sur les réseaux sociaux, il est difficile de faire un commentaire sur un sujet lié à l’élection présidentielle sans se voir poser la question de la possession de sa carte d’électeur.

Si le sujet peut quelques fois fâcher les uns, les autres n’hésitent pas à encourager à se bouger en s’affichant clairement avec une carte d’électeur, sans oublier de mentionner que le but est d’aller voter dimanche. Sur Facebook comme Twitter, certains se disent d’ailleurs privilégiés de pouvoir poser cet acte citoyen pour la première fois dimanche prochain.

Les non-inscrits sont par ailleurs invités à ne pas se décourager, car d’autres scrutins se préparent déjà après la présidentielle. Préférant les actes à la parole, des organisations de la société civile mettent la main à la pâte. A l’Est par exemple, Onu-Femmes a organisé la mobilisation pour amener les femmes et les jeunes à se munir de leurs cartes d’électeurs, parce que le choix viendra de leur acte.

Pareil pour les initiatives individuelles de mobilisation du frère, du voisin ou du passant, pour que l’émulation observée lors de cette campagne électorale se traduise en acte dimanche prochain.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category