CAN féminine 2018 de handball: le Cameroun se prépare

Jean Marie Zambo, entraîneur national de la sélection féminine de handball.

Tunisie, Côte d’Ivoire, Algérie, Sénégal. Des adversaires que le Cameroun croisera dans la poule A de la 23eCAN séniors dames 2018 dès le 3 décembre prochain. Pour parvenir à tenir la dragée haute à ces équipes, l’équipe nationale féminine a repris le chemin des entraînements.

C’était à la faveur d’un troisième regroupement qui s’est achevé jeudi dernier à Yaoundé. Au terme de 10 jours de stage étalés du 24 septembre au 4 octobre dernier, les 20 joueuses convoquées ont rodé lamécanique tactique.

Des joueuses qui, pour la grande majorité, sont issues des clubs ténors du championnat national que sont Dynamique de Bokito, Tkc Handball, Fap, Yuc et Fondation André Nziko. Y figurait également, Jodelle Clarisse Madjoufang évoluant à Dgsp au Congo.

Sous la férule du sélectionneur national, Jean Marie Zambo, elles ont été moulées à la dialectique défense-attaque. Ce dernier revient dans nos colonnes sur les principes directeurs de ce dernier regroupement. 

 « Seule la performance prime » 

A moins de deux mois de la CAN féminine de handball au Congo, vous venez d’achever un troisième stage avec un groupe de 20 joueuses. Quel est le bilan de ce rassemblement?

Nous sortons satisfaits de ce regroupement. D’autant plus que l’ossature de l’équipe nationale est constituée de filles qui évoluent dans notre championnat national. Il fallait donc bien apprêter ces filles qui vont attendre la venue de celles évoluant dans les championnats étrangers. C’est ce brassage qui permettra de mettre sur pied une équipe nationale qui ira défendre les couleurs du Cameroun à la CAN. Quels en étaient les principaux axes ? Concrètement, il s’agissait d’amener nos joueuses à parfaire les relations à deux, à trois et bien peaufiner leur technique individuelle. Cela devait se faire à la fois en attaque et en défense. A la fin de ce regroupement, nous avons fait des rappels de défense sur le plan global, des montées de balle rapides. C’est ce que nous utilisons comme philosophie de jeu, c’est-à-dire une défense agressive et offensive pour récupérer facilement le ballon et le porter rapidement en attaque.

Que prévoit la suite de votre programme jusqu’à la CAN ?

Entre-temps, nous allons laisser les filles à la disposition de leurs différents clubs qui préparent actuellement les play-offs du championnat national et les championnats d’Afrique interclubs. Néanmoins, nous allons essayer d’assurer leur suivi dans ces compétitions. Question de jauger leurs performances et l’application des recommandations que nous leur faisons à la fin de chaque rassemblement. Au sortir du championnat d’Afrique des clubs champions, il est prévu un dernier regroupement en deux phases. Il commencera en début novembre et va se poursuivre jusqu’au début de la compétition prévue le 2 décembre. Nous aurons droit à un stage externe d’une semaine suivi d’un stage bloqué.

Devra-t-on s’attendre à de grands chamboulements dans votre effectif, notamment en ce qui concerne les joueuses évo luant hors de nos frontières ?

Les portes de l’équipe nationale sont ouvertes à toutes les filles performantes. Il n’y a pas de places réservées selon qu'on joue au Cameroun ou à l’étranger. Seule la performance prime. Les Camerounaises exerçant dans les championnats étrangers vont se mesurer à celles qui évoluent localement pour gagner leurs places. Nous tenons à préciser que nous faisons appel à ces filles lorsque nous constatons des manquements au niveau national.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category