Recettes fiscales en zone franc: la mobilisation à améliorer

Ce sujet, ainsi que la lutte contre le blanchiment de capitaux ont été au menu des échanges de la réunion des ministres de cet espace, tenue lundi dernier à Paris en France.

Les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales et de la zone franc se sont réunis lundi 8 octobre dernier à Paris en France, sous la présidence de Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie et des Finances. Au menu des échanges, l’augmentation des ressources intérieures des 15 pays membres d’Afrique centrale et de l’Ouest, la situation économique et financière de ces Etats, mais aussi la lutte contre le blanchiment d’argent.

Les ministres ont rappelé leur souhait de mettre en œuvre des politiques économiques soutenables axées autour du renforcement de la mobilisation des ressources intérieures, notamment fiscales. Et pour atteindre cet objectif, Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC et Jean-Marie Ongandaga, président du comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale prônent la suppression des nombreuses exonérations fiscales en vigueur dans certains pays. Une situation qui crée un manque à gagner non négligeable pour les Etats.

De l’avis de Bruno le Maire, faire rentrer plus d’impôts aiderait les pays à moins s’endetter. Il indique que si la pression fiscale dans la zone est à moins de 20% du PIB, elle devrait atteindre les 20% d’ici 2020, notamment en Afrique de l’Ouest. La diversification des ressources est également encouragée, afin de limiter les risques de dépendance économique et financière extérieure. Le taux de croissance, est assez satisfaisant, au vu des premiers chiffres présentés à Paris et indiquant que la Zone franc se porte mieux.

En effet, le taux de croissance est passé de 3,6% en 2016 à 3,9% en 2017 en Afrique du Centre et de l’Ouest, alors qu’il culmine à 2,8 en Afrique subsaharienne de manière générale. Par ailleurs, selon des sources, le déficit a été contenu et les réserves ont augmenté, grâce notamment au programme avec le FMI.

Pour ce qui est de la lutte contre le blanchiment d’argent, dont les pays de la zone franc ont fait un véritable cheval de bataille, la réunion de Paris a adopté un plan d’action et un calendrier tirés d’un rapport produit par le groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment des capitaux en Afrique de l’Ouest et le groupe d’action contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en Afrique centrale avec l’appui de la Banque mondia

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie