Sculpture: l’empreinte de Dieudonné Fokou

Les oeuvres du plasticien sont au cœur de cette thématique depuis le 26 septembre dernier à Yaoundé au Centre international pour le patrimoine culturel et artistique.

Qui suis-je ? ». C’est la dénomination de l’œuvre qui aura focalisé l’attention de nombreux visiteurs du vernissage de l’exposition « Logique d’empreintes » du plasticien Dieudonné Fokou, le 26 septembre dernier au Centre international pour le patrimoine culturel et artistique  situé au quartier Emana à Yaoundé. Imposante par sa taille, la sculpture composée d’objets de récupération en fer représentant le buste et le ventre d’une femme à l’intérieur de laquelle se trouvent deux chaises.

« A travers cette œuvre, j’invite les gens à rentrer dans le ventre de leur maman et de se poser des questions sur la société actuelle. Les deux chaises permettent à celui qui suit ce processus de renaissance d’inviter son prochain du monde extérieur pour questionner ensemble la vie et discuter amicalement », explique Dieudonné Fokou.

« Le maître du Laakam », « Le pasteur polygame », « Le fardeau de la femme », entre autres font partie des œuvres présentées dans cette expo mettant en avant des sculptures en métal. Une signature de la recherche artistique de Dieudonné Fokou. L’exposition baptisée « Logique d’empreintes » est une invite à la valorisation des objets usés et une dénonciation de la société de consommation à outrance.

« Je rends hommage aux empreintes des gens. Quand le réservoir de la moto d’un taximan se retrouve dans une œuvre, cela représente la sueur de ce taximan et il devient éternel », affirme l’artiste. 

Les visiteurs parmi lesquels son « maître » Dr Jean Kouam Tawadje, se sont délectés de la profondeur symbolique et spirituelle des œuvres exposées. « Ces travaux représentent pour moi l’image d’une grossesse qui donne naissance à un enfant qui joue et qui court. Je suis très content de ses travaux », a commenté Kouam Tawadje.

Cette expo qui est la deuxième du CIPCA après celle baptisée « Poste centrale » en avril dernier, s’inscrit dans le cadre de la poursuite des objectifs de ce Centre de promotion du patrimoine culturel. Selon le commissaire de l’exposition, Fabiola Ecot Ayissi, par ailleurs directrice du CIPCA, l’objectif est de continuer à proposer une offre artistique de qualité au public de Yaoundé.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie