Port de Douala: une dizaine d’épaves retirées du Wouri

?L’opération d’enlèvement qui libère des espaces vient de reprendre après une interruption due aux pluies.

La pince d’acier géante s’enfonce dans la carcasse rouillée, dans un crissement strident. L’engin qui déploie ce bras articulé fait trembler le sol pavé de ce coin du port de pêche de Douala. Il est à l’œuvre, ce mercredi 10 octobre, dans le cadre de l’enlèvement des épaves échouées dans le fleuve Wouri, aux abords des quais et darses du port de Douala –  dangereusement encombrés de ce fait. L’activité, lancée le 4 juin 2018 par le ministre des Transports, a permis à ce jour de retirer une dizaine d’épaves, explique-t-on au Port autonome de Douala (Pad).

Plus avant, en divers sites de la place portuaire, d’autres techniciens étaient à la manœuvre hier, pour la même opération. « Nous avons observé une interruption entre la fin du mois de juillet et les premiers jours du mois de septembre, en raison des pluies. C’était pour des raisons de sûreté : il pouvait s’avérer dangereux de travailler sous la pluie », a expliqué à la presse Fabrizio Pardi, responsable de l’entreprise italienne en charge de l’opération. Les travaux ont repris il y a environ trois semaines.

Hier, donc, des monticules de ferraille étaient visibles çà et là, tout comme des restes d’anciens bateaux éventrés, attendant d’être totalement démantibulés, se dirigeant vers la fin de leur existence matérielle. Le processus prévoit que les morceaux de ferraille soient emportés par des camions pour la zone de démolition définitive.

Sur un des quais, le « Youpwe », ou ce qu’il en reste, va bientôt connaître ce sort. L’ancien bateau en service pour le compte du port de Douala a été complètement envahi par la rouille, et de la végétation a poussé sur son pont supérieur… « C’est la plus grande épave, et elle était envasée à plus de 5 mètres », explique Georges Cracite Menye, directeur du Dragage et de la Logistique maritime au Pad.

Il ajoute que du début de ce grand ménage en juin dernier à la fin du mois de juillet, sept épaves ont été enlevées, et trois étaient prêtes à l’être.Elles l’ont été depuis la reprise des travaux, d’où le chiffre de dix épaves retirées qu’avance le Pad.

La phase actuelle d’enlèvement, rappelons-le, concerne 25 épaves. Elle devrait être bouclée d’ici fin décembre 2018. Avant son lancement, une centaine d’épaves encombraient les eaux du port de Douala.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie