Processus électoral: sécurité assurée

Les forces de défense et de sécurité se sont mobilisées à travers le pays pour une élection présidentielle sereine.

L’information n’a pas fait le tour des réseaux sociaux, comme lorsque les sécessionnistes commettent lâchement leur forfait. Trois dissidents terroristes qui voulaient prendre d’assaut les électeurs de Bamenda, neutralisés par les forces de défense à 6h, dimanche 7 octobre dernier.

C’est au niveau de « Hospital Round About » que le nommé «Gelezi », chef de la branche « ambazonie de la Mezam » et trois de ses acolytes ont été mis hors d’état de nuire. C’est cette veille vigoureuse qu’assurent les forces de défense et de sécurité depuis plusieurs semaines, afin de garantir un climat serein en cette période électorale sur l’étendue du territoire.

L’armée, la police et la gendar merie, dans leur neutralité et leur professionnalisme, ont ainsi permis le déroulement du scrutin, même dans les régions du NordOuest et du Sud-Ouest, en proie aux assauts sécessionnistes. Le dispositif mis en place par l’armée obéît aux recommandations prises à l’issue de la réunion spéciale d’évaluation sécuritaire présidée par le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo, le 13 août dernier. L’on se soutient que, sur hautes instructions du chef de l’Etat, chef des armées, il avait été demandé au MINDEF de proposer des mesures à mettre en œuvre afin de garantir le bon déroulement du scrutin.

C’est grâce à ce travail d’anticipation qu’un plan de couverture sécuritaire a été conçu et est encore appliqué. Ainsi, à travers une coo pération efficace entre l’armée et Elections Cameroon, le transport du matériel de vote s’est effectué sans anicroches jusque dans les zones pratiquement inaccessibles. Par voie aérienne et terrestre, les forces de défense se sont déployées pour que le vote ait lieu dans les localités des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Ce déploiement qui s’est étendu à l’Extrême-Nord et à l’Est, a également permis de protéger les électeurs et les bureaux de vote. Parce que le militaire est aussi citoyen, l’on a constaté une forte mobilisation des hommes en tenue dans des bureaux de vote.

On sait qu’une décision d’Elections Cameroon a ordonné le retrait des bureaux de vote dans les casernes, mais les militaires ont massivement accompli leur devoir citoyen là où ils étaient affectés. C’est ce double sens du devoir qui a caractérisé les soldats.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie