Economie

Formation professionnelle: 730 centres sont en règle

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle vient de rendre publique la liste de ces établissements ainsi que les spécialités qui y sont enseignées.

S’il est un secteur au Cameroun où les arnaqueurs ont élu domicile, c’est bien celui de la formation professionnelle. A chaque coin de rue, on aper çoit des plaques localisant des structures de formation qui malheureusement n’ont pas d’agrément du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Minefop), tutelle de l’activité. En réalité, le Cameroun compte 730 structures de formation professionnelle agréées. Vendredi dernier, le Minefop a rendu public la liste de ces instituts, région après région.

Le trio de tête est constitué du Centre (287), le Littoral (230) et l’Ouest (52). Les spécialités à enseigner dans ces structures aux agréments en cours de validité sont aussi diverses que variées.

On y retrouve des formations en secrétariat bureautique, secrétariat comptable, webmestre, cartographie assistée par ordinateur, couture, agriculture, aquaculture, menuiserie, technique automobile, gestion production, etc. On a également des détails sur la date de fin d’agréments de toutes ces structures.

Au Minefop, cette publication était plus que jamais opportune, surtout au moment où les inscriptions battent leur plein dans ces structures. « Il est davantage question d’informer les gens sur les structures en règle. Parce que nous partons du fait que : beaucoup de structures exercent dans l’illégalité.

Elles forment des gens qui viennent après nous réclamer leurs diplômes de fin de formation sachant que nous sommes la tutelle », explique Pierre Amour Oumarou, chef de la cellule de la communication.

Si les délégations régionales publient assez souvent les listes des instituts de formation agrées dans leurs unités de compétence, très peu de personnes se rapprochent d’elles pour avoir des informations ac tualisées. « Une région comme le Littoral par exemple compte beaucoup de structures non agréées. », affirme notre source.

L’agrément a une validité de deux ans. Il est renouvelé au terme d’une procédure où le demandeur doit indiquer un certain nombre d’informations mais surtout préciser si de nouvelles spécialités sont ajoutées. Parce que c’est en fait là un autre problème rencontré par les agents du Minefop : des instituts qui dispensent des formations qu’elles n’ont pas déclarées au préalable.

La liste récemment publiée par le Minefop vient donc lever un pan de voile sur le secteur. Cette publication survient trois mois après la promulgation par le président de la République de la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun.

Un document qui donnait les grandes orientations de ce secteur d’activité, avec notamment la création d’un conseil national de la formation. Organe qui pourrait aussi se charger de s’assurer de la conformité des instituts chargés de former les jeunes.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps