Violence dans les familles: des agents pastoraux formés pour combattre

Un atelier de formation organisé ce jour à leur intention par la Conférence épiscopale nationale du Cameroun à Mvolyé.

« Vous ne pouvez pas être des agents pastoraux si vous n’êtes pas libérés par Jésus Christ ». Dixit Mgr Sosthène Bayémi Matjei,  évêque du diocèse d'Obala, responsable de la communication au sein de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun pour la communication. C’était hier à l’occasion de l’ouverture d’un atelier de formation des agents pastoraux pour répondre à la violence domestique dans les familles camerounaises : le cas des familles catholiques au siège du CENC à Mvolyé. Ces dernières années, des enquêtes démographiques et des études statistiques révèlent qu’au Cameroun, 55% des femmes sont confrontées à la violence. Dans le même sillage, il apparaît que les comportements violents sont la cause de blessures, traumatisme et même des décès dans les familles.

Pour éradiquer ces formes de violences,  cet atelier a pour objectif de faire vivre l’évangile à travers les familles pour les contenir. En guise d’illustration, le couple Jean Emmanuel et Thérèse Ngamo, catholiques pratiquants mariés depuis 37 ans. Engagés dans la pastorale de famille depuis 27 ans, ils cheminent dans l’amour et le pardon. Et leur mode de vie a inspiré la CENC avec pour objectif de mettre en place ce concept dans tous les diocèses du Cameroun. « La sainteté à deux est possible parce que nous nous considérons comme un don de Dieu pour l’autre », expliquent-ils. Pendant cinq jours, les participants vont entre autres être édifiés sur l’écriture et le magistère sur le mariage et la famille, les effets de la violence domestique sur les victimes et les stratégies d’intervention à utiliser dans les diocèses pour les prévenir.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category