Résultats de la présidentielle: le Conseil constitutionnel prend le relais

La Commission nationale de recensement général des votes a remis son procès-verbal de travail hier.

Sept minutes ont suffi hier pour dérouler la cérémonie de remise du procès-verbal de la Commission nationale de recensement général des votes pour l’élection du président de la République du 7 octobre 2018 au président du Conseil constitutionnel. C’était dans la salle de délibérations du Conseil constitutionnel, au palais des Congrès.

Juste le temps pour le président de ladite Commission, Emile Essombe, de faire part de l’ambiance générale dans laquelle les travaux se sont déroulés. La Commission installée le 9 octobre dernier, qui avait encore jusqu’à demain pour boucler le recensement, a fonctionné à plein temps jusqu’à samedi à 22h.

Emile Essombe s’est donc félicité du respect de ce délai, grâce à« l’honnêteté intellectuelle et l’ouverture d’esprit des membres », mêlées à l’ambiance « d’amitié et de convivialité.» La Commission, comme l’avait prescrit Clément Atangana à l’installation, « a travaillé en toute indépendance, dans la transparence et le respect de la loi. » Ce travail, à en croire Emile Essombe, a souvent amené les membres à apporter des modifications sur des points comme le nombre de votants et des bulletins nuls. Au bout du compte, deux des 22 membres n’ont pas signé le procès-verbal.

Il s’agit du Pr Prosper Nkou Mvondo, représentant du candidat Cabral Libii, qui a pris part aux travaux et Nlend Tarsicius le représentant du candidat Akere Muna, lui, absent depuis le début des assises. Pour sa part, le président du Conseil constitutionnel, Clément Atangana, en quelques mots, s’est dit satisfait du « délai raisonnable » dans lequel la « Commission Essombe » a travaillé.

Il a félicité tous les membres pour leur dévouement qui contribue efficacement à la progression du processus électoral. Alors que le Conseil constitutionnel a désormais le dernier mot pour ce qui est de la proclamation des résultats, Clément Atangana a espéré que les membres de l’institution n’auront pas beau coup d’efforts à fournir pour approuver le procèsverbal « outil précieux sur la base duquel tout le reste sera effectué.» L’institution a jusqu’au 22 octobre prochain pour déclarer le nom du vainqueur du scrutin du 7 octobre dernier.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie