Ligue de football professionnel du Cameroun: entre révolution et contestation

Depuis la fin de semaine dernière, la convocation d’un conseil d’administration est réclamée par une vingtaine de présidents de club tandis qu’à titre intérimaire, l’instance a un nouveau Sg.

Dans ce que l’on peut qualifier de feuilleton à la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), la fin de la semaine écoulée a été riche en rebondissements. Depuis vendredi dernier, suite à une décision signée par son président, le général Semengue, la Ligue a à titre intérimaire un nouveau secrétaire général. Il s’agit de Benjamin Beyeck qui a été installé dans ses nouvelles responsabilités hier à Yaoundé au siège de la Lfpc.

Ce dernier occupera ces fonctions jusqu’à la nomination règlementaire d’un nouveau secrétaire général par le conseil d’administration. Il s’est engagé à œuvrer en faveur de l’accélération des préparatifs de la prochaine saison dont le lancement est annoncé pour le 3 novembre prochain. Au cours de la solennité, le général Semengue en a aussi profité pour révéler le nombre d’équipes qui participeront aux championnats d’élite de la prochaine saison.

En Elite One, ils seront 20 clubs à y prendre part et 18 en Elite Two. Hier toujours, un nouveau télégramme est parvenu au président de la Ligue. Il émane du Syndicat des clubs d’élite du Cameroun (Sycec) qui invite toutes les parties au respect des dispositions statutaires.

Par ailleurs, le Sycec informe le président de la Lfpc que ne seront point prises en compte à ses yeux, les décisions signées par ce dernier avant les tenues des sessions extraordinaires du conseil d’administration et de l’assemblée générale demandées par les administrateurs.

Une correspondance qui fait suite à celle vendredi dernier. Dans cette dernière, les administrateurs de la Lfpc, plus d’une vingtaine, sollicitent une fois de plus, la tenue d’une session du conseil d’administration conformément aux dispositions statutaires.

Plus précisément de l’article 37 alinéa 3 donnant le pouvoir au président de la Ligue de convoquer une session du conseil d’administration dans un délai de 15 jours suivant la demande expresse de la moitié de ses membres, adressée à ce dernier. La disposition ajoute qu’en cas d’inaction du président, les membres demandeurs peuvent la convoquer.

Dans ladite notification, l’ordre du jour du prochain conseil va porter sur la situation de crise au sein des instances dirigeantes de la Lfpc. A n’en point douter, il sera surtout question de voir clair au sujet de la récente mise à la retraite de Thérèse Pauline Manguele, secrétaire générale jusqu’au 12 octobre dernier.

Un acte signé par le général Semengue, président de la Lfpc qui est contesté par celle-ci au motif qu’une telle décision est exclusivement du ressort du conseil d’administration. La semaine dernière, le général Semengue annonçait la tenue prochaine d’une session du conseil d’administration pour le 26 octobre prochain.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie