Lutte contre la corruption au Nigeria: Buhari appuie sur l’accélérateur

Le président nigérian vient de prendre de nouvelles mesures interdisant à une cinquantaine de personnalités de sortir du pays.

Dans le cadre de la lutte contre la corruption, le président nigérian vient de prendre un train de mesures à l’encontre de personnes suspectées d’avoir puisé dans les finances publiques ou bénéficié de certains avantages de manière indue.

Selon un communiqué de la présidence de la République, ces mesures vont de l’interdiction de sortie du territoire pour une cinquantaine de personnalités à la traduction devant les juridictions compétentes en la matière. Muhammadu Buhari a ainsi placé une cinquantaine de personnalités sous surveillance et mis à contribution le service de l’immigration et d’autres agences de sécurité. Les suspects ne pourront logiquement pas quitter le Nigeria tant que la justice n’aura pas statué sur leur cas.

«Tout soupçon de corruption doit être prouvé devant un tribunal. Sauf que les procès prennent du temps. Certains procès durent 10, voire 15 ans. Et beaucoup de ces procès pour corruption n'aboutissent jamais. Car, les gens utilisent les fonds qu'ils avaient volés (…) Pour ce qui est de l'interdiction de quitter le territoire, c'est également un moyen d'empêcher les suspects d'avoir accès aux fonds placés à l'étranger qu'ils pourraient être tentés de mettre à l’abri des autorités nigérianes», a déclaré Garba Shehu, porte-parole de la présidence.

Au nombre des personnalités concernées, figure Olisa Metuh, un des porte-parole du Parti démocratique du peuple, principal parti d’opposition. «C'est un affront aux dispositions de la Constitution de la République fédérale du Nigeria qui garantit la liberté de circulation. Seul un tribunal compétent peut limiter la liberté. Cette décision devrait inquiéter au plus haut point tous les Nigérians, la dernière fois que des mesures semblables ont été adoptées c'était quand même à l'époque du régime militaire, ce genre de loi n'a plus sa place dans le Nigeria d'aujourd'hui», souligne Emeka Etiaba, avocat d’Olisa Metuh.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie