Associations noires de France: regard sur la présidentielle

Du rapport de cette organisation rendu public hier à Yaoundé au cours d’un point de presse, il ressort un bilan positif.

Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) qui a officié en tant qu’observateur international lors de l’élection présidentielle du 7 octobre dernier, a dit être satisfait du déroulement du scrutin. La déclaration a été rendue publique hier à Yaoundé, au cours d’un point de presse. Un satisfecit global ressort donc du rapport présenté par le chef de mission Guy Samuel Nyoumsi.

Avec des observateurs répartis dans 250 bureaux de vote des 10 régions du Cameroun, le CRAN a dit son appréciation sur le déroulement du vote. Notamment, à travers l’application respectueuse des normes édictées par le Code électoral.

Entre autres, l’accessibilité et l’ouverture à 8h des bureaux de vote, l’affichage des listes d’électeurs à l’entrée des bureaux de vote, la bonne qualité du matériel électoral, la garantie du secret de vote.

Ils se sont appuyés aussi sur la fermeture du scrutin, constatant que la plupart des bureaux de vote ont fermé à 18h. Il relève par ailleurs les urnes transparentes scellées puis descellées en présence des scrutateurs représentants des candidats, le dépouillement et le comptage des voix des candidats effectués en toute transparence et les résultats par candidat affichés et enregistrés dans les procès verbaux.

Le CRAN a cependant noté avec regret, les réclamations de certains scrutateurs et partisans du candidat Akere Muna, visant le retrait de ses bulletins dans les bureaux de vote, le faible éclairage des lampes solaires affectées aux commissions locales de vote lors du dépouillement, l’absence quasi endémique des représentants de certains candidats.

Malgré ces incidents qui pour le CRAN n’affectent ni n’influencent gravement le scrutin, il félicite la tranquillité et la sérénité des électeurs et invite le peuple came rounais à avoir foi en ses institutions, à croire en l’irréversibilité du processus de transparence et de crédibilité des scrutins à venir et surtout, interpelle le peuple à « garder le calme parce qu’un soulèvement quelconque pourrait générer la déstabilisation attendue par ceux qui sont tapis dans l’ombre », a confié Guy Samuel Nyoumsi.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category