Contentieux électoral: Maurice Kamto débouté

Le recours en annulation partielle de l’élection introduite par le candidat du MRC a été déclaré infondé hier par le Conseil constitutionnel.

L’épilogue de ce débat épique entre le candidat du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, la défense du candidat Paul Biya, celle d’Elections Cameroon, et du ministère de l’Administration territoriale, est connu depuis hier à 19h13. Jugé recevable sur la forme par le Conseil constitutionnel, le recours en annulation partielle de l’élection présidentielle dans sept régions du pays introduit par Maurice Kamto, a été rejeté pour moyens non-fondé.

L’audience a commencé hier en matinée avec le début de l’examen du recours en annulation totale introduit par le candidat du SDF, Joshua Osih. Après une deuxième suspension et la reprise intervenue peu après 19h, Clément Atangana a appelé à la barre Maurice Kamto et sa défense. Puis la sentence a été prononcée. Si la requête a été recevable sur la forme, elle pose des problèmes de « moyens allégués ».

En effet, selon Clément Atangana, sur les neuf moyens que le requérant a convoqués dans son recours, le Conseil constitutionnel, à l’unanimité, n’a été convaincu de leur pertinence d’aucun. C’est ainsi que sur le grief relatif au « financement tardif de la campagne électorale par le gouvernement »,

Clément Atangana a noté que les moyens développés par Maurice Kamto sont « non-fondés ». C’est le même argument et l’absence des preuves qui seront opposés aux autres « faits » relevés par le candidat, à savoir : l’affichage illégal des supports de campagne du candidat Paul Biya ; le non-respect du délai d’affichage des listes des bureaux de vote ; le vote des militaires à Buea ; le non-déploiement de la sécurité pour assurer sa garde ; l’expulsion des représentants du MRC dans les bureaux de vote, l’épuisement des bulletins de vote du candidat Kamto dans des bureaux de vote ; ou le maintien des bulletins de vote d’Akere Muna dans certains bureaux de vote.

Après ce dénouement, la séance s’est poursuivie avec le débat sur le recours en annulation totale du vote introduit par Joshua Osih. La défense du requérant a poursuivi le développement de ses arguments, à la suite du rapport de l’examen du recours lu par le conseiller-rapporteur, le Pr. Lekene Donfack. Le candidat luimême est ensuite monté au créneau, puisant des données dans son ordinateur portable pour tenter de convaincre les membres du Conseil. On en était était-là peu avant 24h lorsque nous mettions sous presse.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie