« Des adversaires aux styles variés »

Joseph Ndoko, entraîneur de l’équipe nationale féminine de football.

Dans la poule A avec le Ghana, le Mali et l’Algérie, le Cameroun est désormais fixé sur ses adversaires dans le cadre de la phase finale de la CAN 2018. Une première lecture de ce tirage ?

C’est un tirage à respecter dans la mesure où nous allons faire faire face à des adversaires ayant des styles de jeu variés. Il revient à nous d’être très attentifs. Il y a ce football très athlétique et technique développé par les pays d’Afrique de l’ouest combiné au style intelligent des pays du Maghreb. Du coup, il sera extrêmement important pour nous de pouvoir varier les sparing partners durant notre préparation. Le tirage au sort nous a permis d’éviter dès l’entrée, le Ghana, pays organisateur. Il est préférable de bien commencer face au Mali et de donner le tempo pour la suite de la compétition.   Après le match du 9 octobre dernier face à la France, la sélection nationale féminine est actuellement en regroupement.

Quel bilan faites-vous après une semaine de stage ?

Le match face à la France est à oublier compte tenu du scénario tout autour. Nous avons repris le chemin des entraînements en début de semaine dernière. Nous n’avons pas encore atteint ce qu’on recherche. Je suis très méticuleux sur les détails. Même si nous avons remporté le match d’évaluation du week-end dernier, il y a encore beaucoup de détails à améliorer. Le point noir de cette première semaine est la blessure de Raïssa Etoundi
Mbappe
. Elle sera éloignée des terrains durant un mois. J’ai composé une liste élargie de 40 joueuses pour palier à d’éventuels problèmes de libération de certaines joueuses professionnelles. Celles-ci sont attendues dès ce mercredi et d’ici le 5 novembre prochain, on aura la possibilité de les avoir en intégralité. Nous restons confiants et optimistes quant à la suite du déroulement de ce stage. Notamment à travers le respect des grilles du stage.

Quels sont les axes de travail de ce 5e regroupement ?

On prendra 10 jours pour s’appesantir sur l’affutage physique et la recherche du poids de compétition. Je crois qu’on y arrive progressivement. Après, nous allons travailler la cohésion de la manière la plus parfaite. A savoir, la vitesse d’exécution et le jeu vers l’avant. Nous avons une équipe qui a pour identité, cette capacité à garder le ballon. Il faut qu’on réveille cela à chaque moment à certaines joueuses qui peuvent s’oublier.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category