Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Presidential

Présidentielle 2018: Paul Biya élu

Le candidat du RDPC a été déclaré vainqueur du scrutin du 7 octobre dernier au cours d’une audience publique du Conseil constitutionnel hier.

C’est un événement qui s’est déroulé entre 11h et 15h15 minutes. Le Conseil constitutionnel entre donc dans l’histoire de la présidentielle au Cameroun, ce 22 octobre 2018, avec une formule, un nom : « Est ainsi déclaré élu président de la République comme ayant obtenu la majorité des suffrages absolus, le candidat Paul Biya ».

Clément Atangana, président de l’auguste institution, a donc rendu public le verdict des urnes. Sur la base du récapitulatif des résultats des dix régions du Cameroun et de la diaspora, le candidat du Rassemblement démocratique du Cameroun (RDPC), s’en tire avec 2 521 934 voix sur 3 590 427 votants, pour 6 667 038 inscrits, soit un pourcentage de 71,25%.

Paul Biya remporte donc l’élection présidentielle du 7 octobre 2018, devant Maurice Kamto qui a totalisé 503 384 voix (14,23%), Cabral Libii (6,28%), Joshua Osih (3,35%), Adamou Ndam Njoya (1,73%), Garga Haman Adji (1,55%), Frank Ndifor (0,67%), Serges Espoir Matomba (0,56%), Akere Muna (0,35%).

La décision de proclamation des résultats N°31/CC/2018 est lue alternativement par deux membres du Conseil constitutionnel. Sur ordre du président, c’est le conseiller Jean-Baptiste Baskouda qui ouvre le bal. Méthodiquement, il commence dans ordre alphabétique par la région de l’Adamaoua.

La règle en la matière a voulu que la lecture ressorte d’abord les statistiques au niveau de chaque département. Ainsi, le conseiller Baskouda indique d’abord le nombre d’inscrits, de votants, le taux de participation, et les suffrages valablement exprimés.

Cette méthode est ensuite reprise pour chaque candidat, et aboutit au résultat régional, par candidat. Ainsi, dans la région de l’Adamaoua, le candidat Paul Biya s’est imposé avec 79,77%, suivi de Cabral Libii (11,30%). Dans le Centre, les résultats sont également en faveur du candidat du RDPC (71,10%), tout comme à l’Est où Paul Biya a eu 90,43%.

L’Extrême-Nord et le Littoral sont les deux régions dont les résultats ont également été lus Par JeanBaptiste Baskouda. Si le Paul Biya a eu 82% dans l’Extrême-Nord, c’est Maurice Kamto du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), qui est arrivé en tête des résultats dans le Littoral, avec 38,6%.

La deuxième phase de proclamation est assurée par le conseiller Ahmadou Tidjani. Dans sa chemise, les régions du Nord (Paul Biya, 81,62%) ; le Nord-Ouest (Paul Biya, 81,4%), l’Ouest (Paul Biya, 48,19%) ; et le Sud (Paul Biya 92, 91). Dans la diaspora, le candidat du RDPC a également enregistré des résultats remarquables.

Glo balement, Paul Biya est crédité de 4 477 voix pour un pourcentage de 50,73%. Processus transparent et crédible L’audience solennelle s’est ouverte par une allocution du président Clément Atangana. Dans ses premiers mots, dans un exercice historique, le président du Conseil constitutionnel fait le bilan du processus électoral enclenché le 9 juillet dernier, avec la convocation du corps électoral.

Devant le président de l’Assemblée nationale, le Très honorable Cavaye Yeguié Djibril, le Premier ministre chef du gouvernement, Philemon Yang, le ministre directeur du Cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo, les représentants des formations politiques en lice, et un aéropage de personnalités, Clément Atangana a indiqué que « le processus s’est déroulé dans la sérénité et de le respect de la législation en vigueur. »

Il s’est félicité du caractère transparent, paisible et crédible du scrutin, malgré la situation sécuritaire. Pour s’en convaincre, Clément Atangana a évoqué les débats houleux qui ont meublé les audiences d’examen du contentieux électoral du 16 au 19 octobre dernier. Tout comme le sens de la contradic tion en exergue lors du contentieux préélectoral, en septembre dernier.

In fine, le Conseil constitutionnel dont l’entrée en activité était le 7 février dernier, peut se targuer d’avoir contribué à la consolidation des bases de la démocratie, à travers cette élection présidentielle, qui a consacré la réélection de Paul Biya. 20182025, un autre septennat, celui des « Grandes opportunités ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps