Aviation civile: de la sûreté dans l’air

Le ministre des Transports vient de publier un communiqué appréciant les mesures prises au Cameroun suite à un audit réalisé par l’Oaci.

Dans un communiqué signé le 22 octobre dernier par le ministre des Transports (MinT), Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe met à la disposition du public les résultats du rapport de l’audit de sûreté de l’aviation réalisé du 18 au 27 avril 2018 par l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci) dans le cadre du programme universel d’audits de sûreté (Usap).

Une mission de « routine » indique-t-on à la Cameroon Civil Aviation Authority (Ccaa), qui a pour objectif d’éprouver la cohérence et la cohésion du système de sécurité aux aéroports. Lesquels résultats sont donc globalement positifs.

On peut ainsi y lire que le Cameroun depuis 2015, date de la dernière évaluation de l’Oaci a atteint 68,85% de mise en œuvre effective d’un système de supervision de la sûreté de l’aviation ; 70,96% de conformité aux normes de sûreté en rapport avec la convention relative à l’aviation civile internationale, contre 63, 38% en 2015.  Pour ce qui est de la conformité aux normes relatives à la facilitation des opérations de sûreté, la pays a atteint 46,79 % lors dudit audit, contre 31,31% en 2015.

Pour l’heure, apprend-on encore dans le communiqué du MinT, les mesures correctrices sont achevées uniquement à l’aéroport Yaoundé-Nsimalen. Dans les autres plateformes aéroportuaires notamment Douala, Garoua et Maroua-Salak, elles sont en cours de mise en œuvre.

Il est donc question de « maintenir le niveau de conformité atteint à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen et de poursuivre les efforts entrepris pour la mise à niveau complète du dispositif de sûreté sur les aéroports internationaux de Douala, Garoua et Maroua-Salak ».

Concrètement ces changements observés concernent le fonctionnement et l’aspect de nos aéroports notamment en termes d’infrastructures (routes de patrouille, clôtures, guérite d’accès, caméras de surveillance, scanners, tunnel d’inspection par rayons X, télécommunications, etc.) et de matériels roulants.  Des performances réalisées grâce à la mobilisation des différents acteurs notament la Ccaa, les Aéroports du Cameroun.

Mais aussi au prix de certaines réformes notamment le décret présidentiel du 08 janvier approuvant et rendant exécutoire le Programme national de sûreté de l’aviation civile au Cameroun (Pnsac) avec les différentes innovations que cela implique. Il y a également les efforts de l’unité opérationnelle en charge de la sûreté dans les aéroports qui ont porté leurs fruits.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category