Accident ferroviaire d’Eséka: la « Commission Yang » à l’œuvre

Les auditions se poursuivent dans les Services du Premier ministre.

6e étage des Services du Premier ministre mercredi. Il est 13 h 17 mn. D’un pas alerte, Philemon Yang sort de la salle des Conseils où siège la Commission d’enquête sur l’accident ferroviaire survenu à Esékaqu’il préside et se dirige vers son cabinet. Selon ses collaborateurs présents à l’extérieur, l’on croit à une interruption des travaux pour cause de pause-déjeuner. Fausse alerte ! Le pas toujours pressé, le PM regagne la salle des travaux moins de cinq minutes plus tard. Une salle où a été introduit plus d’une demi-heure plus tôt, un officier supérieur du Corps national de sapeurs-pompiers. Entre temps, l’on a pu apercevoir des membres de la Commission, à l’instar du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MINATD), René Emmanuel Sadi sortir de la salle et se diriger au secrétariat jouxtant le cabinet du chef du gouvernement. Suivi quelques minutes plus tard par le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé de la gendarmerie nationale. Jean Baptiste Bokam lui prendra une autre direction. Mais comme le MINATD, il regagne la salle des travaux au bout de quelques minutes. Il est 13 h 40 mn lorsque le « soldat du feu » qui était entendu jusque-là sort de la salle et se dirige droit vers l’ascenseur. Direction, le rez-de-chaussée. Ou mieux, la sortie. Tandis que d’autres, médecins et certains autres acteurs attendent dans la salle y afférente.
Cette ambiance marque la fin des travaux de la Commission pour cette matinée du mercredi 2 novembre 2016. Une interruption qui durera moins d’une heure. Puis les membres ont repris leurs auditions des différentes personnes susceptibles de favoriser la manifestation de la vérité sur cet accident ferroviaire qui a causé des dizaines de de victimes et des centaines de blessés. Si rien ne filtre sur les différentes auditions qui se déroulent à huis clos, une source indique néanmoins qu’il s’agit là de la première étape de cette enquête prescrite par le président de la République. La seconde étape va amener les membres dans les prochains jours sur le lieu de l’accident à Eséka dans le département du Nyong-et-Kellé. Une descente confirmée par les autorités administratives locales, bien qu’elles-mêmes préfèrent ne rien avancer sur la date de cette descente.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie