Cameroun–Etats-Unis : on parle coopération militaire

Echanges constructifs mercredi entre le chef de l’Etat et le général Thomas D. Waldhauser, nouveau chef du commandement militaire américain pour l’Afrique.

Le président de la République, Paul Biya a reçu en audience, mercredi en fin de matinée au palais de l’Unité, le général Thomas D. Waldhauser, nouveau chef du commandement militaire américain pour l’Afrique (Africom). Le général du corps des Marines des Etats-Unis faisait partie d’une importante délégation conduite par l’ambassadeur Michael Stephen Hoza et comprenant en outre Rick Bell et le général de brigade Frank Stokes, respectivement conseiller en politique étrangère et adjoint du chef d’Africom. Arrivés au palais de l’Unité peu avant 12h, la délégation américaine a eu avec le chef de l’Etat un entretien de près d’une heure. 
Le renforcement du partenariat entre le Cameroun et le commandement militaire américain pour l’Afrique (Africom) face aux défis sécuritaires de la sous-région Afrique centrale a figuré en bonne place au menu des échanges entre le chef de l’Etat et ses hôtes. C’est ce qu’ont tour à tour révélé à la presse le chef d’Africom et l’ambassadeur des Etats-Unis au sortir de l’audience.
Le général Waldhauser s’est, pour sa part, félicité de l’entretien cordial entre le président de la République, l’ambassadeur Stephen Hoza et lui-même. Au nombre des multiples sujets abordés, il a mentionné l’état actuel et l’avenir de la coopération et des relations harmonieuses entre nos deux pays. S’agissant de sa vision d’Africom depuis qu’il en a pris la direction il y a un peu plus de trois mois – Il a pris ses fonctions le 18 juillet dernier au quartier général d’Africom à Stuttgart en Allemagne –, le général Waldhauser a indiqué que de nombreuses activités sont menées à travers le continent, notamment dans la région du bassin du lac Tchad, et particulièrement au Cameroun avec la menace Boko Haram. Africom travaille à la formation et à l’assistance aux forces militaires camerounaises dans leur déploiement face à la menace. Il a du reste souligné que sa toute première visite au Cameroun rentre dans le cadre des visites qu’il effectue dans tous les pays où Africom poursuit des efforts significatifs en matière d’assistance militaire. Par cette visite, il a tenu à réaffirmer l’engagement et le soutien de sa structure en faveur du gouvernement et du chef de l’Etat.
Pour l’ambassadeur Michael Stephen Hoza, la visite du nouveau chef d’Africom doit s’apprécier à l’aune du partenariat très fort qui existe entre cette structure et le Cameroun. Ce qu’il faut en retenir, a-t-il déclaré, c’est le renforcement du partenariat Etats-Unis–Cameroun face aux défis de la sous-région. Plus concrètement, il s’agit de la poursuite et l’intensification des programmes de formation et de livraison d’équipements pour la guerre contre Boko Haram. Ainsi que l’a en outre révélé l’ambassadeur Stephen Hoza, d’autres défis de la sous-région ont été évoqués au cours de l’entretien. Il s’agit notamment du maintien de la paix en Centrafrique et de la sécurité dans le domaine maritime, toutes choses dont la maîtrise est importante pour l’économie du Cameroun.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie