Elections en RDC: la contribution de l’armée

La Commission électorale nationale indépendante a reçu lundi un lot de camions et d’aéronefs pour acheminer le matériel électoral à travers le pays.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) en République démocratique du Congo (RDC) a reçu lundi dernier un soutien de poids de l’armée. Cette bouffée d’oxygène est constituée de 150 véhicules de marque russe Kamaze, d’un avion Ilyusin-76, d’un DC-8, de trois Boeings-727, d’un Boeing737, de deux Antonov 72 adaptés à des pistes d’accès difficile, d’un Boeing-737 passagers et de cinq hélicoptères remis lundi à Kinshasa par le gouvernement à Corneille Nangaa, président de cet organe en charge des élections.

Le matériel réceptionné servira à l’acheminement du matériel électoral à travers le pays. «Ces matériels appartiennent à l’armée et donc après les élections, ils vont retourner à la base logistique des Forces armées de la République démocratique du Congo. Il s’agit de l’expression de la souveraineté de notre État. C’est une volonté du gouvernement de voir la CENI être autonome dans l’accomplissement de sa tâche, sans dépendre de la volonté de l’extérieur quant à la réalisation de sa mission. Par ce geste, le gouvernement veut imposer le respect de la communauté internationale», a souligné Henri Mova, ministre congolais de la Défense.
Par ce geste, le gouvernement congolais entend relever un défi de taille : organiser les élections générales prévues le 23 décembre prochain sans soutien de l’étranger. Et ce nonobstant les propositions et les pressions de la communauté internationale. Après deux reports en 2016 et 2017, le gouvernement congolais s’est finalement décidé à organiser la présidentielle, les législatives nationales et les législatives provinciales le 23 décembre 2018.

L’élection présidentielle, scrutin qui cristallise l’attention des observateurs, met aux prises vingt et un candidats pour succéder à Joseph Kabila Kabange, qui ne pouvait plus se représenter, conformément à la Constitution. Emmanuel Ramazani Shadary, ancien ministre de l’Intérieur, a été désigné par président sortant comme candidat de la majorité à cette élection. L’opposition pour sa part veut désigner un candidat commun, mais n’arrive toujours pas à trouver l’homme de la situation

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category