Gestion du « Chèque santé »: les nationaux prennent le relais

C’est à la faveur d’une signature des conventions de collaboration entre le Minsanté et les administrateurs locaux le 29 octobre à Yaoundé.

Résolu à tordre définitivement le cou à la mortalité maternelle et infantile dans la partie septentrionale du pays où le phénomène sévit à grande échelle, le ministère de la Santé publique a décidé de passer à la vitesse supérieure. André Mama Fouda vient en effet de transférer la gestion du mécanisme « Chèque santé » à trois fonds régionaux de ce projet pilote. Une avancée qui a trouvé son point d’orgue lundi dernier à Yaoundé avec la signature de convention de collaboration entre le Minsanté et les administrateurs des fonds régionaux pour la promotion de la santé des régions du Nord, de l’Extrême-Nord et de l’Adamaoua. Ce projet était jusqu’ici dirigé par le Centre international de développement et de recherche-Care. A ce jour, à en croire André Mama Fouda, le « Chèque santé » est devenu une réalité sociale qui a fait ses preuves. Entre juin 2015 et mai 2018, le bilan de ce projet affiche plus de 100 000 femmes sauvées dans le cadre de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile dans 11 districts de santé et 81 formations sanitaires.

« Les résultats satisfaisants obtenus dans cette phase pilote nous imposent deux enjeux majeurs : l’appropriation du mécanisme et sa pérennisation. C’est pourquoi le gouvernement a choisi de transmettre la gestion du « chèque santé à des structures nationales déjà en activité dans les dix régions du pays », a confié le Minsanté. Pour le ministre André Mama Fouda, le rôle clé des FRPS dont le financement est déjà basé sur les résultats, affermit cette signature de convention. « L’idée est d’aller plus loin dans ce projet afin de démultiplier ce qui a déjà été fait et toucher le maximum de populations. C’est un premier pas important pour aller dans cette direction », a expliqué Benoît Lebeurre, directeur de l’Agence française du Développement (AFD)-Yaoundé, partenaire technique et financier du projet.

Initié par le gouvernement, le « Chèque santé », s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile à travers une forte subvention de plus 11 milliards de F par l’AFD et la Banque de développement allemande. Le fonds couvre le suivi de la femme enceinte, la prise en charge de l’accouchement et la prise en charge des soins de la mère et du bébé pendant les 42 jours suivant l’accouchement. Concrètement, alors que le coût moyen de la prise en charge de la femme enceinte s’élève à 60 000 F, les femmes ne contribuent qu’à hauteur de 10 % soit 6 000 F. De quoi inciter les futures mères à se rendre dans les formations sanitaires et à ne plus accoucher à la maison.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie