Agences des PME: L’utile recadrage

L’Apme reçoit de nouvelles missions à la faveur du décret de réorganisation signé par le président de la République le 25 octobre dernie

Trois ans après son entrée en fonction, voici que l’Agence de promotion des petites et moyennes entreprises (APME) connait une réorganisation. C’est à la faveur du décret présidentiel du 25 octobre dernier qui donne de nouvelles orientations de la structure chargée principalement de la mise en œuvre de la stratégie sectorielle en matière de promotion et de développement des PME. En plus de ses missions originelles, qui consistaient, entre autres, à la facilitation des formalités de création d’entreprise, au renforcement des capacités managériales des responsables des PME et à leur accès facile aux marchés, l’Agence va désormais, selon l’alinéa 2 du chapitre I du décret, assurer pour les PME le service public auxquels ont droit les entreprises bénéficiant d’un des régimes de la charte des investissements et de la loi fixant les incitations à l’investissement.


Read also : Corridor Douala-Bangui : le trafic peut reprendre

Dans le chapitre II portant sur l’organisation et le fonctionnement, l’agence demeure sous l’autorité de deux principaux organes à savoir que sont le conseil d’administration et la direction générale. Les deux  continuent d’assumer les mêmes missions, à savoir respectivement la définition et l’orientation de la politique générale de l’Apme et l’application de ladite politique et de la gestion de l’Agence. Ceci, avec les mêmes moyens financiers et humains, avec l’appui technique du ministère des Finances, sa seconde tutelle. Le décret portant réorganisation de l’Apme s’est penché sur tous les autres aspects de son fonctionnement, notamment le personnel, les dispositions financières, le budget et les comptes, le contrôle et le suivi de la gestion, ainsi que le marché public.


Read also : Emergence : Charles Foka pour une transition énergétique

Entre autres dispositions, la structure reçoit se ressources à travers des subventions et la contribution de l’Etat entre autres. Toutefois son budget qui doit être équilibré en recette et en dépense est présenté sous forme de sous-programmes cohérents. L’agence doit publier annuellement ses comptes. En ce qui concerne les marchés, le directeur général en est l’autorité cocontractante, mais la commission interne de passation des marchés publics créée auprès de l’agence s’assure des règles de transparence, de concurrence et de juste prix.


Read also : Allocation de résilience de la Banque mondiale : le Cameroun en quête d’éligibilité

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category