Politique

« Ce décret étend les compétences du Feicom »

Philippe Camille Akoa, directeur général du Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (Feicom).

Le chef de l’Etat a signé un décret mercredi portant réorganisation du Feicom. Comment avez-vous accueilli ce texte présidentiel ?

Le décret signé par le président de la République mercredi était vivement attendu au niveau du Feicom. Et c’est avec un très grand enthousiasme qu’il a été accueilli aussi bien par le personnel que par la direction générale elle-même. Il faut dire que le Feicom connaissait déjà un certain nombre de difficultés dans le cadre de son fonctionnement. Le décret l’organisant date de 2000, pour une institution qui avait été créée en 1977. Le FEICOM exerçait déjà un certain nombre de missions qui ne faisaient plus partie des textes organiques. Donc, le nouveau texte vient prendre en compte toute cette évolution que le Feicom a connue et aujourd’hui fait de lui un établissement public à caractère économique et financier. Ce qui est véritablement une grande avancée. Nous pensons qu’avec cette nouvelle organisation, le Feicom pourra réaliser pleinement ses missions.

Ce décret vient justement renforcer l’accompagnement des régions, des communes et des syndicats de communes par le Feicom dans le cadre de la décentralisation. Comment en tendez-vous relever ce défi?

Ce décret étend les compétences du Feicom. Il faut le souligner, le Feicom était un Fonds spécial uniquement réservé aux communes. Maintenant, les compétences s’étendent au niveau des régions. Compte tenu de ce que nous faisions déjà sur le terrain, ce texte vient maintenant renforcer tout cela. Il est question, avec ce nouveau texte et avec ces nouvelles responsabilités données au Feicom, de voir au niveau des moyens financiers ce qui sera vraiment attribué aux régions pour leur fonctionnement. Le travail qu’il y aura à faire maintenant. C’est vrai que la loi portant fiscalité locale avait déjà identifié un certain nombre de ressources destinées aux régions, mais maintenant, je pense qu’il y a un autre travail qui devra être fait pour que ces ressources soient tout de même optimisées. Je pense que dans les prochains jours, il faudra que des groupes de travail se mettent en place avec le ministère des Finances, et même celui de l’Economie, pour voir comment tout cela sera réalisé sur le terrain. Il faut dire également que ce décret donne énormément d’ouvertures au Feicom, en termes de ressources supplémentaires. Parce qu’aujourd’hui, le Feicom pourra faire lever des fonds sur le marché, il pourra davantage s’activer dans le cadre de la coopération internationale toujours dans le cadre de la recherche de financements. Le décret dit aussi que le Feicom pourra rechercher d’autres ressources par le biais des placements. Donc des dépôts à termes et aussi des prises de participation. Cette réorganisation est vraiment révolutionnaire pour le Feicom.

Le Feicom est également impliqué dans la mobilisation des ressources financières pour promouvoir le développement local. Comment percevez-vous cette mission ?

Dans le cadre de la mobilisation des ressources, il faudrait déjà dire aujourd’hui que la plupart des ressources proviennent de l’Etat. Mais une très grande action est menée également dans le cadre de la coopération internationale. Donc, nous avons reçu des ressources provenant de la coopération allemande avec la KFW. Nous avons également reçu d’importantes ressources provenant de l’Union européenne, et au niveau national, du Crédit foncier. Nous avons auparavant travaillé avec la Banque africaine de Développement et nous sommes entrés dans un processus avec l’Agence française de développement. Donc, le texte aujourd’hui qui recadre et qui a élargi les compétences du Feicom en le plaçant dans un domaine économique et financier, pourra faire que cette activité de recherche de financement soit mieux structurée et puis, faire en sorte qu’il y ait une plus grande fluidité dans le cadre des relations qu’il y a entre le ministère des Finances et le Feicom pour la gestion du compte unique du trésor. Nous pensons que ce texte qui vient à un moment très important dans le cadre de l’évolution du processus de décentralisation, arrive aussi opportunément avec le mandat des conseillers municipaux qui a été rallongé pour prendre fin au courant de l’année prochaine. Tout cela permettra au Feicom, au moment où ces nouveaux exécutifs communaux se mettront en place, de mieux préparer ce qu’il a à mettre en œuvre. Je pense que le temps nécessaire pour que tout cela s’accorde sera profitable afin que la nouvelle activité à partir de 2019 se passe dans de très bonnes conditions.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps