Bafoussam: La chirurgie endoscopique s'implante

Au nom du Minsanté, le Pr Magloire Biwole Sida a lancé vendredi dernier les activités de cette spécialité médicale à travers une opération à l’hôpital régional.

Avec délicatesse, l’endoscope composé d’un tube optique muni d’un système d’éclairage est introduit dans le ventre de la patiente. Grâce à un moniteur installé dans la salle d’opération, qui permet de visionner le corps du malade, le spécialiste soulève l’utérus et découvre des adhérences qui sont des conséquences des infections génitales.

Il détruit ces adhérences jusqu’à libérer totalement l’utérus. Le spécialiste poursuit son opération et découvre des fibromes et myomes qu’il s’emploie également à extraire avec tact et doigté sous le regard apeuré de l’assistance. Quand enfin, l’intervention s’achève, c’est le soulagement total.

Les populations conviées à cette première opération de chirurgie endoscopique à l’hôpital régional de Bafoussam via la vidéo projection laissent éclater leur joie et applaudissent à tout rompre. L’opération a été un succès.

Vendredi dernier, l’hôpital régional de Bafoussam s’est doté d’un nouvel équipement qui le place désormais au niveau des standards internationaux. Les activités de la chirurgie endoscopique ont en effet été lancées par le Pr Magloire Biwole Sida, inspecteur général des Services médicaux et para médicaux au ministère de la Santé publique, représentant le ministre André Mama Fouda, en présence des autorités administratives, religieuses et traditionnelles.

Les deux premières opérations de ce type de chirurgie ont été réalisées ce jour par une équipe de médecins venus du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh) et de l’hôpital gynéco obstétrique et pédiatrique de Yaoundé. Entre autres, les agrégés de gynécologie obstétrique Pascale Foumane et Jean Dupont Kemfang, le Dr Annie Ngassam et Mme Kamga.

Selon le Pr Magloire Biwole Sida, la chirurgie endoscopique est moderne et innovante parce qu’elle ne laisse pas de cicatrices, ne coûte pas très cheret a une durée d’hospitalisation réduite (48 à 72h contrairement à la chirurgie classique qui est de 10 à 15 jours en moyenne). Elle participe aussi de la lutte contre la pauvreté. Aussi, exhorte-t-il le personnel à utiliser cet équipement de pointe qui est coûteux et délicat, avec beaucoup de délicatesse.

Le président du Comité de gestion de l’hôpital régional de Bafoussam, Emmanuel Nzete, se réjouit de cet équipement qui métamorphose la structure et encourage le directeur Dr Gérard Fetse Tama à aller de l’avant. Le directeur de l’hôpital régional de Bafoussam, lui, se réjouit de ce que désormais la structure dont il a la charge pourra prendre en charge certaines pathologies qui étaient jusque-là référées dans les grands centres de la capitale du Cameroun.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category