Septennat 2018-2025: Paul Biya fixe les grandes orientations

En prêtant serment hier à l’Assemblée nationale, le président réélu a indiqué dans son discours inaugural les principaux axes de son action à la tête de l’Etat pendant les sept prochaines années.

Hémicycle de l’Assemblée nationale hier. Il est 11h29. Du haut du perchoir, Cavaye Yeguié Djibril, le président de cette chambre du Parlement, après avoir déclaré être heureux d’accueillir en ces lieux le président élu lors de la présidentielle du 7 octobre 2018, prie la star du jour, S.E.Paul Biya, assis à côté de lui, de se lever.

Puis, il lui pose la question suivante : « Vous engagez-vous sur l’honneur à remplir loyalement les fonctions que le peuple vous a confiées et jurez-vous solennellement devant Dieu et devant les hommes de consacrer toutes vos forces à conserver, protéger, défendre la Constitution et les lois de la République du Cameroun, à veiller au bien général de la nation, à soutenir et à défendre l’unité, l’intégrité et l’indépendance de la patrie camerounaise ? » Paul Biya, debout, lève la main droite et répond en anglais : « I do so swear ».

Traduction en français : « Je le jure ». Il est alors 11h30. L’assistance composée entre autres des membres de la famille présidentielle dont la première dame Chantal Biya, des membres du Parlement, du Conseil constitutionnel, de la Cour suprême, du gouvernement, du corps diplomatique et des invités de marque, explose de joie et applaudit à tout rompre. Le moment est magique et solennel dans cette salle qui s’est parée de ses plus beaux atours pour accueillir cette cérémonie de prestation de serment. Après cet instant d’intense émotion, Cavaye Yeguié Djibril reprend la parole et la donne au chef de l’Etat pour son discours inaugural.    

 Avec maîtrise et élégance, Paul Biya exprime dès l’entame de son propos sa reconnaissance au peuple camerounais de lui avoir renouvelé sa confiance qui, dit-il, sera pour lui un soutien indispensable dans l’exercice des hautes responsabilités qu’il aura à assumer au cours des prochaines années. Ensuite, l’illustre orateur explique la « haute valeur symbolique à un double titre » du serment qu’il vient de prêter devant le peuple, en présence de ses représentants,  selon les termes de l’article 7 de la Constitution.

Cela implique, précise-t-il, une fidélité absolue aux institutions de la République autant que ce serment a valeur d’engagement personnel irrévocable à se conformer aux obligations qui sont celles du chef de l’Etat telles qu’elles sont définies par la Loi fondamentale. Comme par le passé, ajoute-t-il, ce sont ces principes qui guideront son action au service du peuple camerounais au cours du septennat des Grandes opportunités qui s’ouvre.

Un pays en pleine transformation

Avant d’en évoquer les perspectives, le président de la République a dressé le bilan de ses réalisations au cours des dernières années et fait le point sur la situation actuelle. Il a indiqué que le septennat qui vient de s’achever ne s’est pas déroulé comme un long fleuve tranquille, au plan sécuritaire avec les attaques meurtrières de Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord. Les forces de défense et de sécurité auxquelles il a rendu hommage ont repoussé l’ennemi hors de nos frontières au point qu’aujourd’hui, le chef de l’Etat affirme que « la situation est stabilisée ».

Les « forces négatives » à l’œuvre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont par la suite entrées en action, profitant des revendications corporatistes pour tenter d’exécuter leur projet de sécession qui porte atteinte au caractère indivisible de la République du Cameroun, a poursuivi le chef de l’Etat. En réponse, ajoutera-t-il, le gouvernement a pris des mesures pour préserver la sécurité des citoyens et de leurs biens, pour accélérer le processus de décentralisation, tout en œuvrant au redressement de l’économie nationale affectée par les effets de la crise économique et financière mondiale et la baisse des cours des matières premières. Des efforts qui ont abouti, d’après le chef de l’Etat, au  retour progressif vers la croissance, avec les premiers fruits perceptibles de l’impulsion donnée aux grands projets d’infrastructures. Et le président Paul Biya de conclure : « Contre vents et marées, nous avons maintenu notre cap vers l’émergence », avec un pays en pleine transformation et qui avance dans la voie du progrès.    

Traçant dans un second tableau les lignes directrices du septennat qui commence, le chef de l’Etat a déclaré que les acquis seront consolidés tout en explorant les pistes nouvelles permettant de saisir les opportunités d’un monde en constante évolution. Dans la foulée, il a annoncé la poursuite des réformes structurelles pour une économie attractive et plus apte à accueillir les investissements ; le développement des secteurs qui permettront de réduire les importations des biens et services afin de rééquilibrer notre « balance commerciale chroniquement déficitaire » ;  la réalisation d’une véritable révolution agricole pour conforter le Cameroun dans son statut de grenier de l’Afrique centrale ; la construction d’un secteur industriel performant par la réalisation du Plan directeur d’industrialisation qui sera l’une des tâches prioritaires du septennat ; la poursuite de l’exploitation de tous les sites et cours d’eau disponibles afin de faire du Cameroun un grand producteur d’électricité en Afrique ; l’installation des centrales solaires dans les zones rurales ; la poursuite du développement des infrastructures de transport (routes, ports, aéroports ); la promotion du rôle des femmes dans notre société ; la facilitation de l’intégration sociale des jeunes ;  l’amélioration de l’accès au service public de l’eau potable et de l’électricité ; la finalisation d’un dispositif de sécurité sociale efficace ; la mise en valeur d’une politique de l’habitat social digne de ce nom ; la prise des mesures pour améliorer les conditions de travail des agents des secteurs public et privé, etc.                       

Déposez les armes !                                                                                                                                               

Par ailleurs, Paul Biya a promis l’accélération du processus de décentralisation en cours et la mise à disposition des moyens conséquents pour une plus grande autonomie des collectivités territoriales décentralisées, l’objectif étant de répondre aux aspirations des compatriotes du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Aux entrepreneurs de guerre qui y prônent la sécession, le chef de l’Etat a déclaré qu’ils se heurteront à la rigueur de la loi et à la détermination des forces de défense et de sécurité, avant de leur demander de déposer les armes et à retrouver le droit chemin. Il s’est également engagé à faire en sorte que le calme et la sérénité reviennent dans ces deux régions. A ses jeunes compatriotes, il a demandé de ne pas perdre espoir car il a compris leurs aspirations profondes à des changements qui leurs ouvrent les portes de l’avenir.      

Après ce discours inaugural, l’acte du serment a été signé en plusieurs exemplaires par le 1er président de la Cour suprême, Daniel Mekobe Sone ; le président du Conseil constitutionnel, Clément Atangana ; le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril et le premier vice-président du Sénat, Aboubakary Abdoulaye. Enfin, le PAN a remis un exemplaire signé au président Paul Biya qui l’a fièrement brandi à une assistance euphorique. C’est ainsi que la séance s’est achevée et ces quatre personnalités ont raccompagné le chef de l’Etat jusqu’à l’esplanade de l’Assemblée nationale peu après 12h.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie