Présidentielle en RDC: la coalition de l’opposition vole en éclats

Après la désignation de Martin Fayulu comme candidat commun dimanche dernier, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont annoncé hier leur retrait de l’accord.

Finalement l’opposition congolaise est bien partie pour aller à la présidentielle du 23 décembre prochain en rangs dispersés. Martin Fayulu a été désigné dimanche soir au terme de trois jours d’âpres négociations organisées à Genève en Suisse, pour affronter seul, Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat de la majorité présidentielle. Mais coup de théâtre hier, Felix Tshisekedi, président de l’Union pour la démocratie et le progrès (UDPS) et Vital Khamere de l’Union pour la Nation congolaise (UNC) ont annoncé qu’ils se retiraient de l’accord de coalition.

« Je retire ma signature (..) Je ne peux pas aller à l’encontre de la base, ce serait signer la mort de ma carrière politique », a expliqué Tshisekedi dans une interview accordée à la chaîne de radio Top Congo FM. Même son de cloche du côté de l’UNC : « J’annonce que je retire ma signature pour respecter la volonté de ma base. Sans cette base, je vais m’auto-flageller et vais moi-même m’auto-exclure du parti », a déclaré le leader, sur les antennes de la même radio.

Les deux personnalités subissent ainsi la pression des états-majors de leurs partis respectifs, qui entendent bien les voir défendre les couleurs de leurs partis à la présidentielle. Sous la facilitation de la Fondation Kofi Annan, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu, Vital Kamerhe, Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Martin Fayulu, avaient effectué le déplacement de la capitale suisse le week-end dernier.

Les sept chefs de file de l’opposition sont parvenus à ce consensus à l’issue du deuxième tour d’un vote ayant opposé ce dernier à Freddy Matungulu. Mais les signataires ne sont pas tous suivis par leurs partisans, d’où les défections enregistrées hier.

Au moment où nous mettions sous presse, deux autres leaders, l’ancien Premier ministre, Adolphe Muzito et l’ancien ministre Freddy Matungulu, cités par notre confrère Jeune Afrique ont affirmé qu’ils maintenaient leur soutien au candidat de la coalition, Martin Fayulu. La campagne électorale démarre le 22 novembre prochain. Et d’ici là, peut-être encore des surprises.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie