Marchés publics: la phase 2 de la dématérialisation lancée

Un protocole d’entente d’un montant de trois milliards de F a été signé hier à Yaoundé entre le gouvernement camerounais et la Corée du Sud.

Les résultats de la première phase sont là. En trois ans, on enregistre 1024 projets programmés, 162 avis d’appels d’offres, etc. Des données consultables sur la plateforme Coleps, mais aussi sur le site du ministère des Marchés publics. Alors on remet ça. La Corée du Sud vient donc d’accorder un nouveau financement au Cameroun pour le projet de passation des marchés publics par voie électronique.

Trois milliards pour lancer cette deuxième phase qui a fait l’objet de signature d’un protocole d’entente entre le ministère des Marchés publics et la République de Corée représentée par l’Agence coréenne de la coopération internationale (Koica) au cours d’une cérémonie qui s‘est déroulée hier à Yaoundé. Une phase dont le but est de renforcer le système d’information sur les marchés publics.

Abba Sadou, ministre délégué à la présidence chargé des Marchés publics, a exhorté les différentes administrations à adhérer à ce projet qui a le mérite d’accélérer les procédures, de réduire les malversations, de moderniser les pratiques, entre autres. Au rang des préalables déjà enregistrés : la rédaction du e-procurement master plan in Cameroon, la conception d’un portail, la conception et la mise en œuvre des modules de gestion des utilisateurs, la conception et la mise en œuvre du module de passation en ligne, l’amélioration d’une salle serveur ultra-sensible.

Sur cette plateforme de dématérialisation consultable sur le web, on retrouve des avis d’appels d’offres, des décisions d’attribution et communiqués subséquents portant publication des résultats, des décisions de résiliation des marchés, etc. Même s’il a conscience que les habitudes ne vont pas changer du jour au lendemain, le ministre Abba Sadou invite  «les maîtres d’ouvrages, notamment les départements ministériels, les chefs d’établissements publics, les collectivités territoriales décentralisées, les communes, à veiller à la programmation exhaustive desdits projets. Il faut qu’il prévoit qu’au moins 25% de leurs  projets vont être passés par voie électronique ne serait-ce qu’à l’étape de l’avis d’appel d’offres. »

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie