Musique: les artistes appellent au respect de leurs droits

Le syndicat camerounais des musiciens avait cette préoccupation au centre d’une rencontre mercredi dernier à Yaoundé.

Le Syndicat camerounais des musiciens s’est donné rendez-vous le 14 novembre dernier à Yaoundé. Au cœur de cette rencontre tenue au Palais des sports, de nombreux points étaient inscrits à l’ordre du jour. Entre autres, sujets abordés, l’engagement des artistes à exercer les droits civiques reconnus à chaque citoyen camerounais.

Réunis autour de Roméo Dika, président du SYCAMU, les artistes ont évoqué les raisons de leur engagement aux côtés du président Paul Biya, car, d’après Roméo Dika, « il est le seul à faire une offre claire aux artistes, aux arts et à la culture. » Selon le président du SYCAMU, la conférence a également été convoquée pour remercier le président de la République à cet effet.

Autre élément questionné par le SYCAMU, le développement de ce qu’ils ont appelé : « ethno fascisme dictatorial », décrivant ainsi l’attitude de ceux qui ont lancé une fatwa contre des musiciens, les empêchant ainsi de se produire sur certaines scènes à l’étranger.

La réaction des artistes « victimes », se confondant en excuses pour les uns et en répliquant par des propos violents pour les autres, a également été condamnée.

Roméo Dika revient sur cette situation qui prévaut en ce moment dans le milieu musical au Cameroun.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category